Rhône-Alpes : 93 066 auto-entrepreneurs "en grand danger"

Grégoire Leclercq, le président de la fédération des auto-entrepreneurs (FEDAE), craint un scénario-catastrophe pour ses affiliés cet automne. En cause : la réforme Pinel de leur statut, qui doit être votée avant décembre. Toutefois, l'espoir demeure du côté des Poussins et pour lui, en Rhône-Alpes mieux qu'ailleurs, malgré le danger, l’auto-entreprise devrait "résister au chaos du futur régime".

93 066 auto-entrepreneurs ont été recensés fin mai 2013 dans la région Rhône-Alpes, selon les dernières estimations de l’Agence Centrale des Organismes de Sécurité Sociale (ACOSS). Fin mai 2012, ils étaient 82 963. En l’espace d’un an, 10 103 actifs de plus ont donc été séduits par l’auto-entreprise, dans la deuxième région auto-entrepreneuse de France.

"Ces chiffres sont un bon indice de la popularité du régime", se félicite Grégoire Leclercq, tout en les relativisant d’emblée : "Les auto-entrepreneurs s'apprêtent à être mis en grand danger cet automne, comme jamais auparavant. Pour autant, les grandes régions économiques traînent derrière elles une constellation de petits entrepreneurs, dans la galaxie des services surtout. C'est pourquoi on peut espérer une meilleure résistance au choc en Rhône-Alpes qu'en Corrèze..."

Vers l'explosion du travail au noir et des radiations en masse ?

Car, bien que le département du Rhône se classe même quatrième des plus auto-entrepreneurs, avec 27 646 inscrits – dont près de 19 000 déclaraient un chiffre d’affaires positif fin 2012 – rien n'incite les Poussins à l’optimisme. Et surtout pas l'abaissement des seuils de chiffres d'affaires au-delà desquels l'auto-entrepreneur devra se rediriger vers le régime commun.

La réforme Pinel le prévoit : sortiront du régime les auto-entrepreneurs qui, deux années d'affilée, réaliseront un chiffre d'affaires supérieur à 19 000 euros dans les services ou 47 500 euros dans le commerce. Pour le président de la FEDAE, si le texte est voté "en l'état", il court un risque : se révéler bien vite "mortifère dans tous les secteurs, sans exception, et dans toutes les régions - Rhône-Alpes comprise".

"La confiance accordée aux auto-entrepreneurs est en passe d’être réduite à néant avec ce décret anti-croissance, lâche-t-il. Il nous faut donc prévoir une forte baisse du nombre de nouveaux inscrits, une explosion phénoménale du travail au noir et, dans le même temps, un épisode de radiations en masse". En résumé, les 93 066 auto-entrepreneurs rhônalpins peuvent s'attendre à vivre une nouvelle crise de régime fin 2013. La douzième, en bientôt 5 ans d’existence pour l’auto-entreprise.

à lire également
L’Hôtel-Dieu rénové vu du Rhône © Tim Douet, 2018
Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’emploi salarié a « légèrement ralenti » au premier semestre. L’intérim revient en force, le chômage reste stable, l’activité hôtelière se porte mieux qu’en 2018. Voici ce qu’il faut retenir de la conjoncture économique du premier semestre de 2019 dans la région. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut