Marché du ramadan à Lyon 3e : la police prise à partie

Alors que des policiers s'intéressaient à une voiture mal stationnée aux abords de la place Bahadourian dans le 3e arrondissement à Lyon, un groupe d'environ 200 personnes est intervenu en menaçant les forces de l'ordre.

Une violente prise à partie s'est produite, ce dimanche vers 17h entre policiers et un groupe de 200 personnes dans le 3e arrondissement au moment de la tenue du traditionnel marché du ramadan. Au départ, des policiers ont voulu faire déplacer une voiture située dans un mauvais stationnement. Un groupe "hostile" est alors intervenu, en lançant des projectiles et proférant des menaces de mort.

En compagnie des CRS, les policiers ont répliqué en faisant usage de lanceur de 40, de tirs de flash-ball et de gaz lacrymogène. Cinq policiers ont été légèrement blessés et une enquête a été ouverte. Zorah Aït-Maten, adjointe au maire de Lyon, a décidé de déposer plainte. Son témoignage donne un autre éclairage aux événements (lire ici).

"Cela aurait pu tourner au drame, estime David Cheedi, le responsable du marché du Ramadan. Il faut à tout prix l'éviter. Nous avons de bons rapports avec les fonctionnaires de police, nous les invitons à visiter le marché . Nous devons continuer ainsi, pour le bien vivre-ensemble, explique-t-il.

Dans le 3e arrondissement, ce marché existe depuis les années 70 et sa gestion a été formalisée depuis 1995. C'est la première fois qu'un incident de cette envergure se produit juge le responsable du marché.

Faire défiler vers le haut