Lyon-Turin : chute du trafic de camions selon les opposants

Selon les opposants au projet de liaison grande vitesse Lyon-Turin, le trafic poids lourds entre la France et l'Italie a diminué de 6,17 % depuis le début de l'année.

Quatre mois de baisse consécutive du trafic de camions dans les Alpes. Voilà ce qu'avancent les opposants au projet de ligne grande vitesse Lyon-Turin. Selon eux, depuis le mois de janvier 2013, le trafic des poids lourds accuse une baisse, tant dans le tunnel du Fréjus que dans celui du Mont-Blanc, pour atteindre une baisse cumulée à fin avril de 6,17 % par rapport à 2012.

"Les échanges entre la France et l'Italie plafonnent et diminuent structurellement", commente le collectif, qui souligne que ces chiffres confirment la tendance baissière des transports sur l'axe Est/Ouest dans les Alpes franco-italiennes depuis 1994, "avec un niveau actuel proche de celui de 1987".

Et le collectif de dénoncer l'explosion des coûts liés aux études, passé de 371 millions d'euros à 901 millions d'euros, comme le soulignait il y a peu la Cour des comptes.

"L'arrêt immédiat de ce projet est une absolue nécessité et une mesure de bon sens", martèlent les opposants au Lyon-Turin. Ces derniers demandent que la ligne existante "soit au moins utilisée pour le transport de 10 millions de tonnes de marchandises, ce qui était le cas en 1983, bien avant la modernisation qui a coûté plusieurs centaines de millions".

à lire également
Après la polémique autour de l’Anneau des Sciences, le président de la métropole David Kimelfeld a choisi de lancer des Assises de la mobilité intégrées aux concertations sur le plan Climat-air-énergie territorial.
3 commentaires
  1. FOurs - 10 mai 2013

    Face au projet international, la question des travaux sur le nouveau rail Lyon/Turin, reste : peut-on daire passer un trafic Barcelone / Wien sur cette ligne existante ? À ce moment-là effectivement le projet n'a pas de nécessité ; il a de toute façon trop attendu grâce à certains… Cela devient un gouffre : dans ce cas, il vaut mieux améliorer l'existant.

  2. lio38 - 10 mai 2013

    Il ne s'agit pas de chiffres 'selon les opposants', mais bien des chiffres tels qu'ils sont donnés par les sociétés du Fréjus et du Mont Blanc !! Chacun peut aller consulter ces chiffres sur les sites de ces 2 sociétés. Les opposants n'inventent rien eux !! ils ne font pas une extrapolation des chiffres contrairement aux pro LTF !!

  3. mcstn - 13 juin 2013

    le trafic qui vient d'Espagne à destination de l'Europe du nord et de l'est passe aujourd'hui par la côte méditerranéenne, les opposants demandent à ce qu'ils passe par bateau entre l'Espagne et l'Italie plutôt que par la route (même temps de trajet compte tenu des pauses) c'est le projet prioritaire de l'Europe N°21. les axes surchargés sont les axes nord sud et la ligne ferroviaire existante n'est pas et ne sera pas saturée. voir ce court métrage: http://lyonturin.eu/index.php

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut