Le réseau des professionnels de l’urgence sociale en grève

Alors que cet hiver quatre personnes sont mortes dans les rues de Lyon, le réseau des professionnels de l’urgence sociale dénonce le manque de places dans les centres d’hébergement.

Les professionnels de l’urgence sociale “n’en peuvent plus d’avoir la boule”. Dans un communiqué, ils s’indignent du manque de centres d’hébergement alors que la fermeture des centres hivernaux approche. Ils reprochent au préfet de ne pas prendre en compte leur demande. “Pourtant, le préfet du Rhône piétine la loi. […] Aujourd’hui, il se moque de la détresse des personnes à la rue en envisageant, comme nous l’avons appris récemment, de demander seulement la création de 300 places d’hébergement supplémentaires”, indiquent-ils. Pour l’instant, aucun engagement convenant aux professionnels de l’urgence social n’a été pris.

“Ce ne sont pas 300 mais 2 000 places qui devraient être créées”

"Le standard du 115 comptabilise 1 500 appels chaque hiver et on ne compte pas tous ceux qui n’appellent plus par découragement. Le dispositif est saturé à tous les niveaux, il n’y a plus de places pour personne. Ce ne sont pas 300 mais 2 000 places qui devraient être créées", explique Virginie, pour le collectif des professionnels de l'urgence sociale.

L’annonce du mouvement de grève a largement été relayée. Il devrait être suivi par de nombreux professionnels. Aujourd’hui, les représentants des professions de l’urgence sociale se réuniront à 14h pour échanger autour des problématiques que rencontrent leurs métiers.

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut