Grand stade : pourquoi Collomb et Mercier s'entêtent ?

Aussi, M. AULAS, le président de l'O.L., souhaitait trouver un terrain beaucoup plus vaste. Il l'avait bien trouvé à Vénissieux, où les infrastructures de desserte existaient déjà, mais le prix du terrain lui est apparu trop élevé. Il a donc trouvé préférable d'acheter des terres agricoles à Décines, ce qui permet de faire une confortable plus-value en les revendant constructibles.
Il a donc embauché deux directeurs du Grand Lyon pour construire son projet et, depuis plus d'un an, toute une équipe d'employés du Grand Lyon travaille en parfaite symbiose avec eux pour lever tous les obstacles susceptibles de l'empêcher de voir le jour.
Et des obstacles, il y en a :
- Les élus préféraient l'extension de Gerland ou le site de Vénissieux
- L'Est Lyonnais manque d'infrastructures pour permettre l'accès au futur stade. La rocade Est est déjà saturée. Il n'y a ni métro, ni tramway à proximité.
- Les estimations actuelles du coût pour construire des infrastructures, que beaucoup jugent déjà insuffisantes, s'élèvent à plus de 250 millions d'euros
- La zone verte actuelle, qui est consacrée aux cultures, va disparaître
- Il reste des propriétaires, qui ne veulent pas vendre aujourd'hui, au prix du terrain agricole, alors que, dans deux ans, quand le Grand Lyon aura changé le PLU, il vaudra 10 fois plus cher !
- Le Plan Local d'Urbanisme (PLU) ne permet pas aujourd'hui cette transformation
- L'enquête publique s'est révélée hostile à ce projet.
- Le ministre des transports a dit qu'il ne financerait pas un projet privé
- La commission européenne ne permet pas l'aide publique au financement des stades privés

Qu'à cela ne tienne, les obstacles seront levés :
- Les principaux élus concernés ont changé d'avis
- Le PLU va être changé
- Le commissaire chargé de l'enquête publique a lui aussi changé d'avis pour le rendre favorable (avec certaines réserves !)
- Le préfet a signé un protocole d'accord en faveur du projet...

... Et dernière nouvelle, Monsieur MERCIER, appuyé par M. COLLOMB, vient de faire voter au Sénat à minuit le jeudi 22 janvier 2009 un amendement au Projet de Loi d'accélération des programmes de construction et d'investissement affirmant que 'les stades et enceintes sportives destinés à recevoir, à titre habituel, des manifestations sportives organisées par une fédération (...) sont d'intérêt général ainsi que les équipements connexes permettant le fonctionnement de ces installations.'

M. MERCIER s'était déjà illustré dans une combine similaire, avec la complicité de M. PERBEN, quand ils avaient fait modifier le code des assurances, afin de limiter le montant de la garantie décennale pour les immeubles publics. C'était pour le Musée des Confluences... une autre dérive financière, qui n'apporte et n'apportera que des gaspillages d'argent public !

Si nos députés, qui doivent entériner ce projet, permettent cette manipulation, MM. MERCIER et COLLOMB auront permis à nos collectivités territoriales et à l'Etat de dépenser 300 millions d'euros (250 € par habitant du Grand Lyon) pour financer un projet privé qui n'aura aucune retombée pour la population (si ce n'est des nuisances !).

On peut trouver des explications détaillées sur le projet en allant sur le site : www.canol.fr

Michel VERGNAUD, président de CANOL

à lire également
Gérard Collomb au conseil municipal
Dans une tribune publiée dans les colonnes du JDD ce dimanche, le maire de Lyon s'est joint à une vingtaine de maires du pays pour demander des moyens "pour agir localement contre les inégalités de mortalité et de santé". 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut