Eric Pétetin, militant écolo itinérant, jugé à Lyon

“L’Indien”, ancien leader de la lutte contre le tunnel de Somport dans les années 1990, était jugé ce lundi pour le blocage des travaux de l’OL Land à Décines. Son procès était précédé d’un rassemblement de soutien.

"Pétov", guitare à la main, chante : "Les voilà les sangliers/prêts à tout pour notre terre/Les voici les fières laids/ décidés à faire la guerre." Une foule d'une trentaine de personnes applaudit. Ils sont des ZADistes ou des associatifs, luttant contre le chantier du grand stade de l'OL et venus soutenir leur camarade devant le tribunal de grande instance de Lyon. Il est 13h ce lundi et le militant va être jugé pour une infraction au droit à l'urbanisme : Eric Pétetin a occupé une grue du chantier de l'OL Land le 13 janvier dernier.

Ce n'est pas le premier procès d'Eric Pétetin. Né en 1953, l'activiste écologiste revendique 60 condamnations et sept emprisonnements. Cette fois, il aborde le jugement "très sereinement", espérant une relaxe. L'action qu'il a menée en janvier, bloquant l'arrivée des ouvriers sur le chantier, visait à dénoncer la poursuite des travaux malgré l'annulation de déclarations d'utilité publique concernant des accès par route et par tram au futur stade de football. Des annulations confirmées en appel le 14 mai. La grue sur laquelle M. Pétetin est monté sert aux travaux d'une trémie, qui font donc l'objet d'une telle décision. Pour l'homme jugé aujourd'hui, ce procès "est une épreuve de vérité pour la justice, puisque ce sont les constructeurs qui sont dans l'illégalité".

De la vallée d’Aspe à la butte de Décines

C'est au début des années 1990 que le militant acquiert sa notoriété. Dans la vallée d'Aspe, au sud-ouest de Pau, le projet de construction d'un tunnel routier réveille la fibre militante de cet amoureux de la région. Le tunnel de Somport doit prolonger la RN 134 et démultiplier le nombre de camions qui transiteront vers l'Espagne. Les travaux commencent en 1994 et Eric Pétetin est à la tête d'un mouvement d'opposition actif depuis 1991. Sabotages, occupations de chantier, manifestations, grève de la faim et emprisonnements… le tunnel est inauguré en 2003, mais "l'Indien" s'est fait un nom.

Puis c'est le désert. Celui que tout personnage romanesque traverse un jour ou l'autre. Entre 2000 et 2010, "Pétov" fait une dépression, se retire de l'activisme, devient jardinier pour la mairie de Bègles. À Lourdes, l'anarchiste et écologiste retrouve la foi en Dieu et en l'action. Notre-Dame-des-Landes devient son nouveau terrain. Militant itinérant, il appelle désormais à la création de ZAD (zones à défendre) partout où le béton menace la nature. Il sera de ceux qui occuperont la butte de Décines jusqu'en septembre 2013, protestant contre l'expropriation des terres agricoles pour l'édification de l'OL Land.

Procès renvoyé en octobre

14 heures ce lundi. Les ZADistes, déguisés en clowns, ont mimé le procès de Gérard Collomb, Jean-Michel Aulas et Xavier Huillard (PDG du groupe Vinci). Eric Pétetin donne rendez-vous à ses compagnons pour le lendemain à 7h30 sur le chantier de Décines, puis entre dans le TGI. Il cherche la salle de son procès, un peu perdu, comme s'il venait pour assister à l'audience. Celle-ci sera de courte durée. Le procureur de la République demande le renvoi de l'affaire. Motif : des pièces du dossier sont arrivées trop tard au parquet pour qu'il ait le temps de les étudier. Etienne Tête, avocat de "l'Indien" et lui-même habitué des procès l'opposant au grand stade, défendra donc une nouvelle fois un ZADiste le 22 octobre.

Pas de prison pour M. Pétetin ce soir. On sait ce qu'il fera de sa liberté demain.

à lire également
Candidat des écologistes en 2014, Étienne Tête estime que notre sondage montre que “tout est possible pour 2020”. Au-delà du très bon score des écologistes, annoncés entre 16% et 17%, il relève “le très faible effet Collomb”.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut