Des noms féminins pour deux nouveaux collèges lyonnais

Le conseil métropolitain de ce jeudi 20 juillet a validé le nom des établissements qui ouvriront leurs portes en septembre à Lyon et Villeurbanne.

Aux grandes femmes la patrie reconnaissante... Le conseil métropolitain a définitivement validé, ce jeudi, le nom des établissements qui ouvriront leurs portes dans l'agglomération lyonnaise à la rentrée. Des baptêmes qui s'inscrivent dans une volonté de féminisation des lieux publics.

Le nouveau collège de la rue Paul-Cazeneuve, dans le 8e arrondissement, portera comme prévu le nom d'Alice Guy, première réalisatrice française. "Un choix logique dans la ville de naissance du cinéma et au regard de la proximité de l’institut Lumière", a expliqué Éric Desbos, le conseiller délégué à l’éducation, aux collèges et aux actions éducatives.

“Le maire du 8e ne donne que des noms de femmes depuis des années aux rues et lieux divers, merci à lui”

Éric Desbos en a profité pour souligner "le combat de Thérèse Rabatel" sur la féminisation des noms des lieux publics. La conseillère à la mairie du 8e, et adjointe au maire de Lyon, avait soumis plusieurs propositions de noms pour ce nouveau collège. Celui d'Alice Guy avait reçu l'aval de Christian Coulon, le maire d'arrondissement. "Le maire du 8e ne donne que des noms de femmes depuis des années aux rues et lieux divers, merci à lui", soulignait avec enthousiasme Thérèse Rabatel sur sa page Facebook au mois de mai.

Fermé depuis 2013, l'ex-collège Jean-Vilar du quartier Saint-Jean, à Villeurbanne, portera désormais le nom de Simone Lagrange, résistante et déportée durant la Seconde Guerre mondiale. Témoin clé au procès de Klaus Barbie – elle avait été arrêtée par la Gestapo en 1944 et torturée à la prison de Montluc –, Simone Lagrange s'est éteinte en 2016.

Lire aussi : Décès de Simone Lagrange, témoin clé au procès de Klaus Barbie
à lire également
Agnès Marion
"S’il vous plaît, présentez-moi la dame qui a décidé, étant parfaitement instruite, d’avoir sept, huit, neuf enfants". La petite phrase sortie d'un discours d'Emmanuel Macron prononcé le 26 septembre à New-York à propos de l'éducation des femmes et de la natalité en Afrique provoque des réactions du monde entier sur les réseaux sociaux. À Lyon, l'élue RN à la région Agnès Marion s'est fendue de son tweet. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut