T1

Appelez-le Raymond Barre !

T1 ()

Les élus ont dévoilé ce mardi le nom du nouveau pont, Raymond Barre, qui reliera fin 2013 la Confluence à Gerland. Il portera le prolongement du tram et des accès mode doux. Avec un belvédère sur le confluent en son coeur.

Raymond Barre avait déjà son esplanade, à la Cité internationale qu'il avait construite. Il aura aussi son pont, à l'autre bout de Lyon, à la pointe de la Confluence qu'il avait rêvée. Ainsi les élus ont-ils baptisé l'ouvrage qui enjambe le Rhône au niveau du musée des Confluences, soit à quelques mètres du pont Pasteur. Il va servir de "trait d'union entre Gerland, son parc des Berges et la Confluence et son musée", explique Bernard Rivalta, président du Sytral. Le pont sera inauguré à la fin 2013. Sur lui courra le tramway T1, prolongé en février 2014 de Montrochet à Debourg. Cette extension de 2,3 km va compter quatre stations nouvelles et des sites d'importance : le musée des Confluences, la Halle Tony Garnier, l'ENS et Debourg, son terminus. Un prolongement qui préfigure de la future ligne A7, vers Grange-blanche, Gratte Ciel et la Doua", promet le Sytral.

Les élus ont dévoilé son nom ce mardi, rendant hommage à l'ancien maire. "Un homme qui a beaucoup aimé la ville et qui l'a projetée dans son avenir", selon Bernard Rivalta. Le président du Sytral confie avoir croisé Raymond Barre, quelques mois avant son décès, dans le TGV. "On a fait du bon boulot ensemble (Bernard Rivalta a été son vice-président au Grand Lyon, ndlr). Mais qu'est-ce qu'on a pris !", lui aurait-il dit. Comprendre : des critiques. "C'est lui qui avait décidé que Lyon aurait un tramway. Un choix ô combien critiqué. Ce n'est pas monsieur Broliquier qui dira le contraire". Le maire du 2e arrondissement, à ses côtés, défend mordicus le métro. En plus d'avoir lancé le premier plan de déplacements urbains inaugurant le tramway à Lyon, l'ancien Premier Ministre est aussi à l'origine du réaménagement du Confluent. "Deux démarches pour l'avenir qui ont en commun de faire une large place aux transports en commun et aux modes doux, l'esprit même du pont de la ligne T1", mentionne le communique de presse.

Un projet gagnant-gagnant pour Confluence et Gerland

Avec le musée des Confluences, ce pont signera la porte sud de Lyon. L'ouvrage de 18,7 millions d'euros est gracile, élancé avec deux arcs de 17,50 mètres de hauteur, visibles depuis l'A7. Il va constituer la plus grande travée de Lyon - la travée étant la largeur du pont, mesurée entre les deux piliers. Il accueillera le tram, une double piste cyclable et un cheminement piéton. Au milieu, un belvédère sur l'eau où il sera possible de pique-niquer. Les promeneurs auront une vue directe sur la confluence du Rhône et de la Saône. Un lieu chargé "de symboliques très fortes" selon l'architecte, Alain Spielmann. "La confluence entre deux fleuves, c'est un point singulier, comme un pic. Un lieu magique", nous avait-il confié l'an dernier.

T1 ()

Derrière le prolongement du tram, se cachent deux enjeux urbanistiques. La desserte en transports en commun de Confluence d'abord, pour l'heure accessible seulement depuis Perrache via T1. Ce pont lui ouvre la porte du sud, vers Gerland et Oullins par le métro B (correspondance à Debourg). Ce projet profite aussi à Gerland qui espère être contaminé par la dynamique qui profite au nouveau quartier de Lyon. D'ailleurs Gérard Collomb n'a parlé que de Gerland ce mardi - il a déjà tout dit sur la Confluence. Il a évoqué le boulevard scientifique (autre nom donné à l'avenue Tony Garnier) qui part "de Sanofi Pasteur à Genzyme". Il fera selon lui de Lyon "une capitale des sciences du vivant".

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut