école
©Tim Douet

À la veille des rythmes scolaires, des parents un peu perdus

Alors que les rythmes scolaires vont commencer à entrer en application dès vendredi à Lyon, les parents d'élèves regrettent le manque d'information et de concertation. Et s'attendent à une réforme a minima, centrée sur les activités périscolaires.

Les enfants reprennent le chemin de l'école dès mardi matin. Et pour les écoliers lyonnais, ils découvriront dès vendredi leur nouveau rythme scolaire. À Lyon, une ville qui a choisi de libérer le vendredi après-midi plutôt qu'une heure chaque jour, les enfants finiront la semaine par une demi-journée d'activités périscolaires. Et c'est justement ce point qui inquiète la PEEP du Rhône, une fédération de parents d'élèves plutôt cataloguée à droite.

"Il y a beaucoup de villes qui ne sont pas prêtes comme Lyon par exemple. Ce week-end, ils en étaient encore à chercher des intervenants pour ce vendredi. Les parents ne s'attendent pas à grand chose. Ils en sont réduits à espérer que ce soit une vaste garderie avec assez de personnel d'encadrement. De toute façon, on ne sait rien du contenu des activités périscolaires. Les parents d'élèves auront peut-être plus d'information demain à 8 heures 30", se lamente Hélène Cotaz-Bertholet de la PEEP du Rhône.

La FCPE toujours en colère contre Collomb

Mêmes interrogations du côté de la FCPE, la fédération de parents d'élèves plutôt ancrée à gauche, même si l'envie "d'aller de l'avant" l'emporte. "Nous sommes toujours en colère contre Gérard Collomb et sa mise en place des rythmes scolaires sur Lyon mais nous voulons construire plutôt que de nous mettre en opposition", souligne Véronique Le Coarer, présidente de la FCPE du Rhône.

"Une réforme du périscolaire, pas des rythmes"

Les deux fédérations se rejoignent toutefois pour qualifier la réforme des rythmes scolaires de non aboutie. "Le fondement de cette réforme n'était pas de proposer des activités péri-scolaires mais d'alléger la journée pour l'enfant. De fait, cette idée s'est transformée en une réforme du périscolaire", regrette Véronique Le Coarer, présidente de la FCPE du Rhône. "Il va falloir attendre un bon mois pour voir si les enfants sont moins fatigués avec cette réforme. Malheureusement les enfants seront toujours aussi nombreux par classe. Nous attendons aussi de voir si les enseignants vont réorganiser la semaine avec les enseignements les plus importants le matin. Mais ce n'est pas une obligation de cette réforme", peste Hélène Cotaz-Bertholet de la PEEP.

à lire également
Dessin rubrique Education Lyon Capitale 794 © Isacile
Malgré la mise en place du système d’évaluation des compétences, les notes font toujours partie du paysage scolaire français. En période de conseils de classe, elles alimentent les conversations familiales et deviennent vite sujet de crispation, voire source de conflit. Comment réagir aux “mauvaises” notes et surtout comment aider son enfant ?
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut