Expo souvenir jusqu’au 21 juillet au MAC de Lyon


Par Alexandrine Dhainaut
Imprimer l'article Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
Publié le 19/07/2013  à 10:53
Réagissez

L’évolution et l’essor de l’art contemporain à Lyon sur trente ans, révélés par la collection du musée d’Art contemporain.

 

Mother as a Void, Anish Kapoor, 1988 © Adagp, Paris.
Mother as a Void, Anish Kapoor, 1988 © Adagp, Paris.

 

Le musée d’Art contemporain de Lyon a la particularité de ne pas présenter d’exposition permanente mais de faire vivre sa collection à travers une activité intensive de prêts extérieurs. Autre particularité, que révèle l’exposition “Pour mémoire” : la volonté du musée – et de son directeur, Thierry Raspail – de “collectionner des expositions”. À travers une sélection d’œuvres de la collection, ce nouvel accrochage revient sur cinq moments clés de l’histoire du musée : de 1984, date de la création d’un département Art contemporain au musée des Beaux-Arts, à 1991, année de la première biennale, en passant par l’installation dans le bâtiment actuel dessiné par Renzo Piano en 1995, jusqu’à la dernière biennale en 2011.

Ces périodes correspondent également à l’essor d’artistes désormais incontournables, pour ne pas dire institutionnels, comme Sophie Calle, Anish Kapoor, Thomas Schütte ou Carsten Höller, dont les pièces ont été acquises par le MAC à l’époque où leur cote pouvait le permettre. Au-delà des œuvres de ces superstars du marché, qu’il est néanmoins toujours intéressant de revoir (le trouble de la sculpture monumentale Mother as a Void de Kapoor (photo ci-dessus) et la poésie de la vidéo Lover Finches de Höller opèrent toujours), l’exposition présente des pièces moins visibles et néanmoins remarquables tel le Monochrome rouge de Jean-Pierre Bertrand, réalisé à partir d’un mélange de sel, miel, citron et pigment rouge, ou la magnifique série Ten Seascapes d’Hiroshi Sugimoto, résultat photographique d’un temps de pause prolongé devant une ligne d’horizon entre ciel et mer, ou encore les photographies grand format, paysages et natures mortes quasi picturales, du peu connu Jean-Luc Mylayne.

“Pour mémoire” ne propose pas tant une vue d’ensemble de la création contemporaine de ces trente dernières années qu’une mise en lumière de l’évolution et de l’essor de l’art contemporain à Lyon.

-----

Pour mémoire – Œuvres de la collection. Jusqu’au 21 juillet, du mercredi au dimanche de 11h à 18h, au musée d’Art contemporain (MAC), Lyon 6e/Cité internationale.


à lire également
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.

Municipales 2014
boutique LC
Dossier-municipales-156px
LYONCAPITALE SUR LA TOILE
LES DERNIERS COMMENTAIRES
En dehors des sentiers battus des grandes institutions, il y aussi les "petits" théâtres. Un truc sympa, si on est...
Posté par  arpitan  le 18/04/2014 18:42

Aurélie Oddoux s'est vue assignée par cette équipe un rôle de coordinatrice des différents évènements lyonnais liés à EXPOLAROID, travail...
Posté par  photawam  le 03/04/2014 15:16

Il ne s'agit pas d'un festival lyonnais mais d'un "Mois du polaroid et du film instantané" créé par une équipe...
Posté par  photawam  le 03/04/2014 15:14

Merci de nous avoir signalé ces erreurs, qui sont désormais corrigées.
Posté par  Redaction  le 20/03/2014 10:32

Franz Ferdinand est déjà passé à Fourvière. Et c'est Divine Comedy et non pas Compagny !
Posté par  jimm  le 19/03/2014 23:03