Comprendre le scandale du musée des Confluences en 3 minutes


Par Paul Terra ,  Illustration : Tim douet
Publié le 10/12/2014  à 16:55
9 réactions

Loin des 60 millions de départ, le musée des Confluences a dépassé la barre des 300 millions. Il ouvrira le 20 décembre, dix ans après la date prévue au lancement du projet. Ce qui devait être la trace éternelle de la présidence de Michel Mercier dans l’histoire politique du Rhône s’est transformé en petit lexique illustré d’un gaspillage d’argent public.

 

 

 

En 2001, Michel Mercier est candidat aux municipales à Lyon et se sert du conseil général qu’il préside pour en mettre plein la vue à l’électeur lyonnais. Il dégaine son “nuage de cristal” posé au confluent. Comme toute promesse électorale, celui-ci repose sur une base d’études préalables épaisse comme une feuille de papier à cigarette.

Battu par Gérard Collomb, Michel Mercier n’abandonne pas le projet. Les travaux démarrent. Le président du conseil général découvre alors qu’une autoroute passe devant son musée et qu’il faut faire des fondations solides. Le Nuage de cristal s’avère impossible à construire avec 61 millions d’euros. La facture dérape. Michel Mercier vend les bijoux de famille. Des opérations financières effectuées à la va-vite et qui vont se révéler catastrophiques.

Le 20 décembre, quinze ans après le lancement du projet, le musée des Confluences va enfin ouvrir. Son coût de fonctionnement reste vague mais colossal. Pas grave pour Michel Mercier : avec la création de la métropole, c’est désormais le Grand Lyon qui devra payer. Et, à sa mort, le musée des Confluences devrait être rebaptisé “musée Michel Mercier”. Au final, le projet à 60 millions en coûte au moins 300.

Ci-dessous le PDF complet du dossier “Les 10 scandales du musée des Confluences” 
 

 

  • Actuellement 3.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.3/5 (28 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
9 commentaires

L'étonnant, c'est que, cet homme qui nous coûte soit-disant un milliard, ne vaut pas une tune en fait. Prof de fac ? Pas fait pour ! Président du Conseil Général ? Une rigolade ! Ministre de la Justice ? Une parodie ! Comme quoi, même nul, il suffit d'avoir des dossiers pour soi-disant réussir, mais au prix d'affronter sa conscience chaque matin devant le miroir et se prétendre bon chrétien en spoliant son prochain... Je préfère et de loin son homonyme féminin, elle, au moins, me faisait rêver.

Signaler un abus | le 11/12/2014  à 14:42 | Posté par  fredrum7  

Merci pour toutes ces explications très claires ;-)
Décidement, entre ce musée et le grand stade......nous ne sommes pas gâtés ! De plus ce musée est moche et très mal situé. Quel gâchis !!!!!!

Signaler un abus | le 11/12/2014  à 15:18 | Posté par  Erick69  

"il faut faire des fondations solides" non à cause de l'autoroute, mais à cause du sous-sol qui est d'anciennes îles du Rhône, donc non adaptées à une construction massive. C'est pourquoi un parc aurait été beaucoup plus pertinent à cet endroit. Le site était d'office mal choisi pour un tel projet. Et ceci n'est pas nouveau mais connu depuis 20 ans au moins. Une étude universitaire sur les sous-sols de Lyon est très claire. Cette réalisation était donc fruit de l'inconséquence de cet élu.

Signaler un abus | le 12/12/2014  à 13:17 | Posté par  FOurs  

emprunts toxiques
Crise économique et financière : si on vous disait enfin la vérité sur les prêts toxiques?
Depuis quelques semaines, avec la crise, on entend parler de « prêts toxiques » ! Comme d’habitude en pareil cas, tout est fait pour que le commun des mortels n’y comprenne rien. On appelle « toxique » ce qui n’est que de l’ingénierie financière relativement simple. Voici ce dont il s’agit : ces prêts « toxiques » sont en fait des produits dits « structurés ».

Signaler un abus | le 14/12/2014  à 11:55 | Posté par  LYOCAL  

Et encore, cet article ne dit pas tout !
Par exemple, les voyages autour du monde, tous frais payés, de Madame Verney-Carron, voyages commandités par un certain Pierre Jamet ... Cela ne vous rappelle rien ?
Le contribuable du Rhône non plus, sans doute. Pourtant, il a payé, lui !

Signaler un abus | le 15/12/2014  à 13:21 | Posté par  aiglemalin  

Hâtez vous de le visiter, aux dernières nouvelles, malgré le cout pharaonique des suppléments de fondation, il se serait enfoncé de plusieurs centimètres

Signaler un abus | le 25/12/2014  à 11:55 | Posté par  Robes Pierre  

http://blogs.mediapart.fr/blog/free69/200514/la-gestion-et-la-vie-politique-du-conseil-general-2004 http://blogs.mediapart.fr/blog/free69/080614/le-pouvoir-dachat-des-elus-es http://blogs.mediapart.fr/blog/free69/270714/la-haute-autorite-pour-la-transparence-de-la-vie-publique

Signaler un abus | le 30/12/2014  à 14:55 | Posté par  Lyonnaise07  

http://www.lyonmag.com/article/67407/le-musee-des-confluences-et-le-nouveau-rhone-seront-prets-a-temps-selon-danielle-chuzeville
J’ai assisté le 21 Janvier2013, au Conseil Général au faux départ de Mr MERCIER qui s’est empressé d’installer Mme CHUZEVILLE afin de pouvoir mieux amener le Conseil Général à se rallier à Mr COLLOMB. A savoir que toutes ces opérations ne sont pas le fruit d’un altruisme financier.
M. Françoise V..Assistante Maternelle Agréée (1992-2012) Assistante Maternelle au chômage (2012......)

Signaler un abus | le 30/12/2014  à 15:09 | Posté par  Lyonnaise07  

https://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Politique/Politique/Michel-Mercier-quittera-le-departement-le-28-octobre http://www.hatvp.fr/files/declarations/collomb-gerard-dia-senateur-69.pdf
http://www.hatvp.fr/files/declarations/nachury-dominique-dia-depute-69.pdf
https://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Politique/Politique/Vers-un-exode-d-elus-au-conseil-general

Signaler un abus | le 30/12/2014  à 15:11 | Posté par  Lyonnaise07  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.