Facebook : bientôt un bouton “j’aime pas” et d’autres émotions ?

Facebook est un petit peu la tyrannie du Like, “J’aime” : pas d’autre choix pour exprimer rapidement un avis ou des émotions. Mais Mark Zuckerberg vient d’annoncer que l’entreprise travaillait sur d’autres boutons, comme “J’aime pas”, Dislike.

Quand quelqu'un poste un message sur Facebook ses amis peuvent commenter, dire "j'aime", et c'est tout. Tout le monde est heureux sur Facebook, tout est positif, impossible de cliquer sur un bouton "j'aime pas". Difficile pourtant de lever le pouce quand un ami annonce une mauvaise nouvelle ou un décès.

Le 15 septembre, lors d'une séance de questions-réponses dans la Silicon Valley, Mark Zuckerberg a admis que Facebook travaillait sur d'autres genres de boutons afin que "j'aime" ne soit plus le seul : "Les utilisateurs réclament un bouton “j'aime pas” depuis plusieurs années", a-t-il avoué avant d'ajouter : "Nous travaillons là-dessus et nous allons démarrer des tests."

À en croire les propos du patron de Facebook, ce n'est pas seulement un bouton "j’aime pas" qui pourrait arriver, mais bien une palette de sentiments et d'émotions : "Il est important de donner plus d'options que juste “J'aime” pour rapidement montrer ses émotions et donner son sentiment sur un message." Des boutons du genre "triste", "dégoûté" ou "excité" pourraient donc bien arriver si les tests sont concluants. Facebook va se transformer en centre de commande digne du film Vice Versa de Pixar.

à lire également
Étienne Blanc, à l’hôtel de région, en mai 2018 © Tim Douet
En soulignant "la question centrale" de "la souveraineté des données numériques" lors de l'inauguration du Data Center Rockfeller, le vice-président LR de la Région, Étienne Blanc, n'a pas mentionné le soutien financier à Facebook. L'association des "Entreprises libres du numérique" s'est chargée de le lui rappeler.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut