Lyon revoit ses ambitions à la baisse

Les contre-performances conjuguées contre Rennes et à Nice ont refroidi les ardeurs lyonnaises. Désormais, on n’évoque plus le titre à l’OL.

Depuis quarante-huit heures, les moindres faits et gestes des joueurs de l’OL sont analysés à la loupe. Mardi, outre les échanges verbaux guère réjouissants entre Aly Cissokho et un supporter, c’est le geste de Cris lors de l’entraînement à l’encontre du jeune Clément Grenier qui alimentait les débats mercredi à Tola-Vologe. Pour Ederson, il n’y a pas de quoi fouetter un chat. “Ce type de chose arrive régulièrement au cours d’un entraînement. Le football est un sport de contacts. Si on ne veut pas en avoir, dans ce cas-là, il vaut mieux jouer au volley-ball (rires). Au football, on doit mettre le pied, se faire respecter en canalisant son énergie dans le bon sens du terme”. Le Brésilien poursuit : “Puis, il ne faut pas exagérer, ce n’était pas un tacle assassin par derrière.”

Bernard Lacombe abonde dans le sens de l’ancien Niçois : “Pour moi, c’est de la rigolade, a-t-il confié au site de l’OL. Cela resserrera les liens. Je crois que c’est une façon de faire comprendre ce qui ne lui a pas plu à Nice, notamment ce qui s’est passé pendant l’échauffement. Même moi, cela m’a énervé.”

Accrocher la troisième place

Autre énervement, autre cadre sous les feux des projecteurs. Le coup de sang d’Hugo Lloris à la fin du match nul obtenu à Nice (2-2). Pour Ederson, le gardien lyonnais a eu raison de s’emporter et d’exprimer ce qu’il avait sur le cœur. “C’est tout à fait logique dans pareilles circonstances d’être énervé. Se faire rejoindre de la sorte alors que tu mènes 2-0, forcément à un moment donné, tu exploses”, souligne-t-il. Hugo ainsi que Cris ont fait ça pour bouger tout le monde.” Mardi, juste avant la séance d’entraînement, Claude Puel a tenu à calmer les esprits : "Ça nous a fait du bien d'être secoués. On a compris le message. C’était important de calmer les choses, car dans ces moments-là, ça peut vite partir dans tous les sens. Dans ce type de contexte, il faut rester unis, soudés, tirer dans le même sens.”

Ederson dont la fraîcheur et l’envie démesurée de retrouver le haut de l’affiche sont de sacrés atouts pour une équipe lyonnaise en proie aux doutes, positive. Quelles sont les ambitions pour l’OL en cette fin de saison ? “On a une grosse force mentale, on n'a pas fait tout ça pour ça. Il faut accrocher cette troisième place et pourquoi pas la deuxième.” En écho à “Eder”, Bernard Lacombe ne cache pas que la lutte pour le titre appartient désormais au passé. “Notre équipe manque de leaders. Il faut arrêter de parler du titre. Il faut se qualifier pour la Coupe d'Europe."

1 commentaire
  1. Collombitude - 7 avril 2011

    Bizarre, notre Collomb qui sait tout ,a réponse à tout, ne dit rien. Pourtant si l'OL avait un grand stade??? Mais il est vrai que mauvais ouvrier, se plaint toujours d'avoir de mauvais outils!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut