Bernard Laporte
©DR

Bernard Laporte en campagne à Vienne

Candidat à la présidence de la Fédération française de rugby l’année prochaine, l’ancien secrétaire d’État aux sports affûte ses armes et ses arguments. Ce mardi à 19h, il sera en conférence à la Maison du rugby de Vienne.

L'ex-sélectionneur du XV de France est en pleine tournée depuis le mois de septembre pour échanger sur sa vision du rugby et distiller progressivement des éléments de son programme, officiellement présenté au printemps prochain.

Ce mardi soir à Vienne, il continuera dans sa lancée pour "faire bouger les lignes" et notamment rappeler l'urgence de "rendre la fédération aux 1 885 clubs !"

Contrer le modèle centraliste parisien

Bernard Laporte le répète, il veut favoriser les principes démocratiques au sein de la FFR. Selon lui, "Marcoussis impose ses points de vue, les clubs subissent".

Pour contrer un modèle qu'il définit comme "centraliste parisien", il souhaite notamment mettre en place un vote décentralisé, ouvrir les instances à la mixité ou développer des technologies numériques pour renforcer la démocratie participative à l'échelle locale. Un projet qu'il illustre par sa campagne itinérante lancée en septembre dernier. En effet, rencontrer les acteurs des clubs de rugby français lui permet de "mieux définir les besoins et les volontés" de ces derniers pour finalement, s'il est élu, leur "rendre le pouvoir".

Ces rencontres sont également l'occasion d'attaquer frontalement son concurrent Pierre Camou, actuel président de la FFR et candidat à sa réélection. Régulièrement pendant ces échanges, Bernard Laporte n'hésite pas à fustiger la présidence actuelle de la FFR.

Une réussite collective pour un objectif : l’équipe de France

Le discours de ce grand connaisseur du milieu français de l'ovalie est bien rodé. Il s'enchaîne avec la volonté d'apaiser les relations de la FFR avec la Ligue nationale de rugby (LNR), pour "une réussite collective" du rugby professionnel et du rugby amateur. Une proposition radicalement différente de son autre concurrent à la présidence, le journaliste Pierre Salviac. Ce dernier souhaiterait tout simplement supprimer la LNR.

Bernard Laporte prévoit également de développer la formation et la pratique féminine du rugby en France. Ex-entraîneur et sélectionneur du XV de France, Bernard Laporte veut avant tout mettre l'équipe de France au centre de la politique fédérale pour "hisser le rugby français parmi les quatre nations majeures du rugby mondial dans les années à venir".

Rencontre mardi 2 février à 19h, à la Maison du rugby, 10 bd Pacatianus à Vienne, avec le Comité du Lyonnais.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut