Edwin Jackson : "J’aime bien faire des folies avec mes cheveux"

Edwin Jackson est en forme olympique en ce début de saison. Si forcément depuis l’arrivée de Tony Parker et Ronny Turiaf, l’ASVEL est plus mise en lumière dans les médias, le natif de Pau n’en oublie pas pour autant de répondre présent pour sa chronique. Confessions d’un joueur attachant et haut en couleur.

"Comme vous devez l’imaginer, ces dernières semaines, il y a un certain engouement lié à l’arrivée de Tony (Parker). Mais il faut être franc, les gens viennent avant tout pour lui et non pas pour l’équipe ou le basket. Il n’y a aucune frustration par rapport à cette situation car cela permet d’attirer du monde à l’Astroballe et le club est plus exposé médiatiquement. Au final, tout le monde y trouve son compte. En plus, sincèrement, Tony, humainement, c’est vraiment quelqu’un de bien. Il est simple et humble. Il fait en sorte que tout se passe bien et que tous les joueurs soient dans les meilleures conditions possibles.

A titre personnel, en ce début de saison, je me sens bien dans ma vie et au niveau du basket. Je suis en forme. Contre Gravelines, même si on a perdu (69-72), j’ai fait un bon match. Je monte en puissance.

"Je suis les performances des autres chroniqueurs"

Mes différentes coupes de cheveux ? Je n’ai que 22 ans, on vit qu’une fois. J’aime bien faire des folies avec mes cheveux (sourire). Dans le vestiaire, depuis le temps, mes coéquipiers sont habitués et me chambrent gentiment. J’aime bien faire des petites excentricités mais là je vous rassure, vous n’allez pas être choqué, j’ai tout coupé (rires).

Est-ce que je m’intéresse aux résultats de mes homologues chroniqueurs ? Oui, bien sûr. De manière générale, je me tiens au courant des performances des clubs sportifs lyonnais. J’habitais à Lyon, lorsque l’OL a été sacré champion de France. Je suis leurs matches dès que j’en ai l’occasion."

Les chroniques de Maxime Gonalons, Edwin Jackson et Romain Loursac

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut