Le tabou du viol en prison

Créé par de jeunes journalistes lyonnais, le site 8e étage s'intéresse aux informations peu médiatisées. On y trouve quelques jolis sujets, comme ce témoignage d'un gardien de prison sur "le viol carcéral, un tabou en France".

Extrait : "la fiche pénale des détenus n’est plus consultable par les surveillants. « Il y a eu des dérives… des surveillants qui racontaient à certains détenus pourquoi d’autres s’étaient fait condamner », raconte Georges. Des propos appuyés par le témoignage d’un détenu de la maison d’arrêt de Caen, recueilli par l’OIP dans un document de 1999 : « Un surveillant ne cesse de m’insulter, raconte ce pensionnaire, et de me menacer verbalement depuis mon arrivée. J’ai été envoyé ici pour une affaire de viol et ce gardien a une fâcheuse tendance à dévoiler les détails de ma procédure à mes co-détenus et à apporter son propre jugement, en me qualifiant, selon ses propres termes de “sale pointu” ». Mais dans le travail de Georges, ne pas pouvoir connaître le passé d’un prisonnier est handicapant. « Cette fiche me permettait de savoir comment me comporter avec un détenu selon s’il est agressif ou vulnérable ». Un moyen aussi de savoir où le placer dans l’établissement. « On finit toujours par le savoir, mais ça prend plus de temps. Désormais, les autres détenus connaissent le passé de quelqu’un avant nous et certains peuvent en profiter avant que l’on ne s’en aperçoive »"

8e étage

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut