Affaire Neyret : "Tous mes indics veulent décrocher"

"Putain, ça devient compliqué, se lamente cet inspecteur. Il faudrait que je téléphone à un magistrat pour plaider la cause d’un de mes indics, un conducteur de go fast qui va passer en jugement, mais je n’ai pas envie de le faire… Même mes “tontons”, je n’ose plus les appeler !" C’est à ce genre de détails – les dilemmes d’un flic de terrain – que l’on mesure l’ampleur du "séisme" provoqué par l’affaire Neyret dans la police judiciaire. "Ils veulent qu’on respecte la règle à la lettre !, proteste un autre policier. Comment on fait sur une filature, on s’arrête à tous les feux rouges ?"

"Tous mes indics veulent décrocher, s’inquiète un enquêteur lyonnais. Ils ont peur d’une levée du secret du fichier des informateurs du ministère à cause de l’enquête". À Lyon, épicentre du tremblement de terre, "la boutique va avoir du mal à s’en remettre", reconnaît un ancien. Les nouveaux "tauliers" vont trouver des troupes "déboussolées", taraudées par cette question : leur ancien patron, le charismatique Michel Neyret, archétype du flic à l’ancienne, "en a-t-il vraiment croqué" ?

JDD

à lire également
Najat Vallaud-Belkacem
Celle qui a été élue “Lyonnaise de l'année” en 2007 par Lyon Capitale était l'invitée de France Inter ce matin pour parler de sa nouvelle vie professionnelle.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut