Michel Havard au conseil municipal
© Tim Douet

Trump président : “Il ne faut plus de discours, mais des actes”

Après l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis, le conseiller municipal (LR) Michel Havard livre sa première réaction à Lyon Capitale.

Lyon Capitale : Que vous inspire cette élection de Donald Trump ?

Michel Havard : C'est une surprise, parce que l'on avait du mal à imaginer la victoire de Donald Trump, vu d'ici. Clinton paraissait dans des positions plus mesurées vis-à-vis de l'Europe que Trump. Mais c'est le choix des électeurs américains. Il y a aussi beaucoup d'Américains qui n'ont pas été voter et qui vont se coucher avec la gueule de bois. Chaque voix compte. C’est vrai partout, y compris aux États-Unis. Pour le moment, il ne faut pas faire de procès d'intention à Trump. Il y a eu des déclarations de campagne exagérées, mais une campagne est par nature dans l’exagération. Maintenant, j’espère que Trump va enfiler son costume présidentiel et va créer les conditions pour que ça aille mieux aux États-Unis.

Cette élection va-t-elle avoir selon vous des conséquences sur les prochaines élections françaises, dans le sens où Donald Trump a totalement fait exploser les Républicains dits modérés ?

C'est toujours difficile de comparer la situation américaine avec celle européenne. Républicains et démocrates ne correspondent pas vraiment aux partis européens traditionnels. Une chose est certaine, on sent bien qu'il y a une radicalisation des positions sur les grands sujets internationaux.

Cette élection de Donald Trump est aussi un vote anti-système. Les électeurs ont aussi voté contre les promesses non tenues des précédents présidents américains. Cela va-t-il modifier votre façon de faire de la politique ?

C'est une leçon qu'il faut tirer. À force de ne pas faire les réformes que l'on annonce dans les campagnes électorales, le risque d'avoir des candidats en rupture de système est plus fort. Il ne faut plus qu'il y ait du discours, mais des actes. Que ce soit à droite ou à gauche. Si les partis traditionnels veulent retrouver une crédibilité auprès de l'électorat, ils la retrouveront par la réforme et par la résolution des problèmes réels.

À lire sur notre site : les réactions locales au résultat de la présidentielle américaine
– Renaud Payre, directeur de Sciences Po Lyon : “La machine à perdre à droite et à gauche est enclenchée”
– Françoise Grosstête, eurodéputée, appelle à un “leadership européen”
– David Kimelfeld, secrétaire fédéral du PS et 1er vice-président de la métropole de Lyon : “Il faut que le PS arrête de se regarder le nombril”
– Christophe Boudot, conseiller régional FN : “On a un boulevard pour l’élection présidentielle de 2017”
2 commentaires
  1. la realité en face - 9 novembre 2016

    HAVARD soutient Ali JUPPE qui soutient le 'Frère Musulman d'Occident sécularisé' Tareq OUBROU! HAVARD ne veut pas abroger la Loi TAUBIRA et son champion pour gagner la Primaire drague la Gauche et les Frères Musulmans... et il croit être la solution! Ni lui ni Juppé ne sont la solution pour la France! ...et il est bien possible que 'le favori des sondages' a l'arrivée se retrouvent au second tour comme JOSPIN en 2002 au premier! ...Probablement il dira alors 'on ne l'avait pas vu venir, tous les sondages donnaient Ali JUPPE gagnant'!

  2. la realité en face - 9 novembre 2016

    LR a eu la bonne idée d'investir Anne LORNE plutôt qu'HAVARD le 'looser renégat'...c'est bien....mais si JUPPE est le candidat il veut remettre en cause cette bonne décision... vous avez dit 'machine à perdre'?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut