Alexandre Vincendet © Tim Douet

“Sous de Gaulle, Collomb aurait déjà ses cartons sur le perron”

Le maire de Rillieux-la-Pape, Alexandre Vincendet, a demandé la démission du ministre de l’Intérieur et dénoncé un manque de parole de Gérard Collomb.

Lyon Capitale : Que pensez-vous de l'annonce faite par Gérard Collomb ce matin ?

Alexandre Vincendet : Ça ne me surprend pas, parce qu'il y avait des rumeurs. La décence voudrait que, dès aujourd'hui, il démissionne du ministère. Cela pose un problème qu'un ministre annonce lui-même qu'il démissionnera l'an prochain. C'est une première et c’est d'une incorrection totale vis-à-vis de nos institutions. Même l'“ancien monde” n'aurait jamais fait ça. Peut-on imaginer ça sous le général de Gaulle ? Les cartons de Collomb seraient déjà sur le perron ! C'est une perte d’autorité sans précédent du président. Macron doit le démissionner de son ministère de l'Intérieur.

Avec ce retour anticipé, Gérard Collomb rebat les cartes à Lyon...

Depuis qu'il est ministre, il passe son temps à Lyon plutôt que de s'occuper des Français. La question à poser maintenant, c'est : “Est-ce que Gérard Collomb a une parole ?” En avril dernier, il répondait “Oui bien sûr” à Jean-Jacques Bourdin qui lui demandait si la ville “c'était terminé pour lui”. Il avait aussi promis un autre mode d'élection aux maires Synergies-Avenir pour le Grand Lyon. Il leur a menti. Sa parole ne veut pas dire grand-chose et ça veut dire qu'il ne fait pas confiance à ses successeurs.

Lyon est plus important pour lui que son ministère ?

Gérard Collomb, il n'y a qu'une chose qui l'intéresse : son siège. Quand on est “en marche” et qu'on parle de nouvelle génération, on le fait par des actes. Là, ce n'est pas le cas. Il bloque l'ensemble des dossiers lyonnais de la métropole depuis qu'il est à Beauvau et, en même temps, il passe sa vie à Lyon plutôt que de s'occuper de la sécurité des Français. Il fait tout pour que rien ne bouge ici, dans l'optique de revenir. Il a politiquement trois trains de retard et non “un temps d'avance”.

Politiquement, pourquoi revenir si vite ?

Le Gouvernement et le président sont dans une impopularité extraordinaire. On nous expliquait il y a un an que Macron était un magicien. Je le confirme : en huit mois, il a fait regretter François Hollande et Nicolas Sarkozy. Si Collomb revient vite, c'est parce qu'il y a panique à bord. Donc, plutôt que de servir la France, il sert ses intérêts. Gérard Collomb a fait à Lyon deux très bons premiers mandats, mais le troisième mandat n'a pas servi à grand-chose. Aujourd'hui, il devrait appliquer ce qu'il a dit avec Macron et accepter le renouvellement. À la place, Gérard Collomb fait preuve d'une grande fébrilité et d'une grande agressivité. On l'a vu sur l'interdiction du film avec Fabrice Luchini. Moi, à 34 ans, j'ai déjà compris que je n'étais que locataire de mes mandats. Le problème, c'est que Gérard Collomb est un locataire qui se croit propriétaire et qui n'a pas beaucoup payé de loyer ces derniers mois.

à lire également
Pour la première fois depuis le retour de l'ex-ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, Georges Képénékian et David Kimelfeld tiendront une conférence de presse commune à l'hôtel de ville de Lyon. Ensemble, ils feront le point sur la prochaine élection du maire de Lyon. Suivez cette conférence en direct sur Lyon Capitale.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut