Régionales 2015 : à droite, la bataille commence

Étienne Blanc, député de l’Ain, a des fourmis dans les jambes. Il veut porter la liste UMP aux régionales de 2015. Pour tenter de tuer dans l’œuf les ambitions de Bernard Accoyer (photo ci-dessous) ou de Michel Barnier, il présentera vendredi prochain son plan d’action.

La guerre pour le leadership de la droite aux régionales de 2015 a commencé. Quatre impétrants sont en concurrence : Étienne Blanc, Michel Barnier, Bernard Accoyer (photo) et Françoise Grossetête. Étienne Blanc, député de l'Ain, tire le premier. Il présentera, vendredi prochain, son micro-parti politique : “Rhône-Alpes 2015 : la reconquête”. Dans son communiqué de presse, il revendique le soutien d'une vingtaine de parlementaires de la région.

Une démarche qui fait déjà grincer des dents chez les soutiens de l'ancien président de l'Assemblée nationale sous Sarkozy. "C'est une action prématurée qui ne réunit pas tous les parlementaires. Bernard Accoyer n'est pas dedans. Le gros des parlementaires vient de l'Ain. Surtout, le calendrier n'est pas le bon. Nous ne sommes pas encore dans les régionales, préoccupons-nous d'abord des municipales. À chaque jour suffit sa peine", explique Michel Terrot, député du Rhône. L'affrontement a d'ailleurs des allures de prolongation du duel Copé-Fillon. Les copéistes suivent ainsi l'initiative d'Étienne Blanc quand les fillonistes penchent plutôt pour Bernard Accoyer.

La bataille des soutiens

En se lançant le premier, le député de l'Ain espère s'éviter des mois de bataille interne. Il ambitionne d'écœurer ses rivaux en présentant un comité de soutien pléthorique d'entrée de jeu. "À l'UMP, plus on agrège de parlementaires autour de soi, plus on a de chances de remporter l'investiture. Bernard Accoyer ne s'est pas fait que des amis, notamment sur son territoire. Il ne peut pas compter sur autant de soutiens", prévient un cadre de l'UMP. Étienne Blanc devrait lui revendiquer l'appui de Christophe Guilloteau, Philippe Meunier, Philippe Cochet, Hervé Mariton et Georges Fenech. Ce dernier se défend toutefois de rouler pour Étienne Blanc : "Bien sûr, Bernard Accoyer n'est pas dans le rassemblement, mais ce n'est pas une écurie pour quelqu'un en particulier. C'est un collectif de parlementaires qui veut parler de la région."

"L'idée est de commencer à réfléchir à la campagne de 2015. Jean-Jack Queyranne président de la région Rhône-Alpes, ce n'est pas une fatalité. Il faut commencer à lancer le travail, souligne le député du Rhône Christophe Guilloteau. Étienne Blanc m'apparaît bien placé pour mener la liste. Il faut reconnaître que l'âge est devenu un fait électoral et qu'il penche pour lui [60 ans pour Étienne Blanc, 69 pour Bernard Accoyer, NdlR]. Il a été vice-président de la région, il a une vraie expertise sur les politiques régionales. Il a surtout des soutiens qui pèsent. Bernard Accoyer a dû prendre des décisions abruptes quand il était président de l'Assemblée nationale et elles ont crispé."

Lundi matin, Étienne Blanc sera l’invité de L’Autre Direct, à suivre dès 9 h sur www.lyoncapitale.fr

à lire également
Laurent Wauquiez
Lors du conseil national des Républicains sur l’Europe qui se tenait ce samedi à Menton dans les Alpes-Maritimes, Laurent Wauquiez s’est exercé à unir les membres de sa famille politique en dépit des divisions internes. Dans l’enceinte du palais de l’Europe à Menton (Alpes-Maritimes),où se tenait le conseil national Les Républicains sur l’Europe, Laurent Wauquiez […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut