Najat Vallaud-Belkacem
© Tim Douet

Najat Vallaud-Belkacem : "de la pédagogie, pas de démagogie"

Une quarantaine d’enseignants, d’élus, ou de simples curieux étaient réunis autour d’un "forum des idées" sur le thème de l’éducation, jeudi 20 avril à Villeurbanne, en compagnie de Najat Vallaud-Belkacem.

À l’arrière d’un restaurant dans une rue en travaux entre Vaulx-en-Velin et Villeurbanne, s’est tenu le quatrième "forum des idées" des soutiens de Benoît Hamon, avec comme point d’orgue l’éducation. Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation nationale était présente, accompagnée principalement d’élus et d’enseignants. Dans une salle remplie avec une atmosphère conviviale, la ministre est revenue sur le bilan du quinquennat et les raisons de son soutien au candidat Benoît Hamon.

Pascale Crozon, députée socialiste de Villeurbanne en fin de mandat, a inauguré cette soirée en rappelant que "l’éducation doit être une priorité en 2017" et déplorant "l’absence d’un réel débat sur le sujet entre les candidats à la présidentielle".

"Lutter contre le décrochage scolaire"

Dans l’arrière-salle du restaurant, le sujet du décrochage scolaire est rapidement abordé par Najat Vallaud-Belkacem. L’heure est à la rétrospective : "Avant 2012, en tant qu’élue locale, je voyais clairement les problèmes de décrochage et de faiblesse des apprentissages en lien avec les inégalités sociales". C’est le cas d’enfants qui perdent les pédales dans un "engrenage de perte de confiance en eux" selon Fleur Duhamel, enseignante dans des écoles de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin : "Certains enfants en difficultés sont obligés d’avancer dans le programme, ils ne peuvent pas progresser à leur rythme et se retrouvent vite en marge".

La ministre de l’Éducation revient alors sur les points clés du quinquennat de François Hollande en matière d’enseignement. Et précise que "lutter contre le décrochage scolaire est un travail de fourmi" auquel le gouvernement a contribué notamment par la création de 60 000 postes. Des postes qui "ne se verront qu’à la rentrée 2017, puisqu’il faut du temps pour la formation des enseignants", ajoute-t-elle, avant de conclure : "mais nous ne serons plus là pour le voir".

"Je défends la continuité du quinquennat"

Devant une salle attentive, Najat Vallaud-Belkacem prône un prolongement des décisions prises depuis 2012 au niveau éducatif : "Je défends la continuité du quinquennat dans le programme de Benoît Hamon au sujet de l’éducation". C’est la raison pour laquelle elle soutiendra le candidat socialiste "jusqu’au bout". Pour elle, "il n’y a pas photo entre les programmes pour 2017. Il faut créer des postes d’enseignants, et augmenter la formation continue". Elle dénonce par ailleurs un "sujet étonnement absent de la campagne présidentielle".

Najat Vallaud-Belkacem critique ensuite un Emmanuel Macron "démagogique", qui tient "des propos qui n’ont aucun sens". Selon elle, "face aux problématiques actuelles, il est complètement absurde de vouloir supprimer des postes de fonctionnaires". Il faudrait surtout "faire de la pédagogie, et pas de la démagogie".

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Retour aux affaires lyonnaises pour Gérard Collomb ? Le ministre de l'Intérieur veut lancer dès septembre son association “Prendre un temps d’avance”, ouverte à la société civile, pour engager une dialogue sur l’avenir de la Métropole. Quand il s’agit de politique lyonnaise, Gérard Collomb ne perd pas temps. En témoigne son nouveau projet d’association ouverte à […]
2 commentaires
  1. Robes Pierre - 22 avril 2017

    Une qui va soulager le ministère de l'éducation en disparaissant du paysage, à moins que comme ses copains elle rejoigne le petit banquier.

  2. Gérard Eloi - 22 avril 2017

    Non, elle ne ralliera pas Macron-le -banquier-aux- dents- de- vampire.Après la fuite des Collomb, Valls et Cie partis chez celui qui ne veut pourtant pas des crevards, j'apprécie son analyse du valet des milliardaires :'Najat Vallaud-Belkacem critique ensuite un Emmanuel Macron 'démagogique', qui tient 'des propos qui n’ont aucun sens'. Selon elle, 'face aux problématiques actuelles, il est complètement absurde de vouloir supprimer des postes de fonctionnaires'. Il faudrait surtout 'faire de la pédagogie, et pas de la démagogie'.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut