De gauche à droite et de haut en bas : G. Képénékian, M. Le Faou, M. Picot, S. Peillon, M. Uhry, J-L. Da Passano, M. Grivel, T. Rudigoz, D. Vullierme et P. Kabalo.
De gauche à droite et de haut en bas : G. Képénékian, M. Le Faou, M. Picot, S. Peillon, M. Uhry, J-L. Da Passano, M. Grivel, T. Rudigoz, D. Vullierme et P. Kabalo.
Article payant

Élections métropolitaines de Lyon : les soutiens de Kimelfeld

Des Lyonnais aux Villeurbannais en passant par la société civile, les élus métropolitains et les députés, revue des troupes acquises au président de la métropole candidat à sa succession.


LES LYONNAISGeorges Képénékian – 1er adjoint et ancien maire de Lyon
Michel Le Faou © Tim Douet
Michel Le Faou © Tim Douet
Michel Le Faou – adjoint à l’urbanisme et vice-président de la métropole Jusqu’au 16 octobre, l’adjoint à l’urbanisme était rangé dans la colonne des non-alignés. À l’évocation du divorce à venir, Michel Le Faou répétait qu’il ne voulait “pas choisir entre papa et maman”. Il s’est longtemps tenu à cette position de casque bleu. Du moins publiquement. Ces dernières semaines, Gérard Collomb lui a refusé ce rôle en retirant à son adjoint à l’urbanisme la signature des permis de construire, un gage de défiance. En mars prochain, il pourrait porter les listes du duo Képénékian-Kimelfeld dans le 8e arrondissement. “Gérard Collomb a longtemps pensé que les élus s’alignaient comme des petits pois”, ironise t-il.Loïc Graber – adjoint à la cultureKarine Dognin-Sauze – 2e adjointe au maire de Lyon (aux relations internationales)Guy Corazzol – adjoint à l’éducation et conseiller métropolitainCatherine Panassier – maire du 3eBéatrice Gailliout – maire du 5eMyriam Picot – maire du 7e et vice-présidente de la métropoleSarah Peillon – conseillère métropolitaineÉric Desbos – conseiller délégué à la métropoleAugustin Michaely – ancien référent des Jeunes avec Macron

Il vous reste 78 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut