De gauche à droite et de haut en bas : G. Képénékian, M. Le Faou, M. Picot, S. Peillon, M. Uhry, J-L. Da Passano, M. Grivel, T. Rudigoz, D. Vullierme et P. Kabalo.
De gauche à droite et de haut en bas : G. Képénékian, M. Le Faou, M. Picot, S. Peillon, M. Uhry, J-L. Da Passano, M. Grivel, T. Rudigoz, D. Vullierme et P. Kabalo.
Article payant

Élections métropolitaines de Lyon : les soutiens de Kimelfeld

Des Lyonnais aux Villeurbannais en passant par la société civile, les élus métropolitains et les députés, revue des troupes acquises au président de la métropole candidat à sa succession.


LES LYONNAISGeorges Képénékian – 1er adjoint et ancien maire de Lyon
Michel Le Faou © Tim Douet
Michel Le Faou © Tim Douet
Michel Le Faou – adjoint à l’urbanisme et vice-président de la métropole Jusqu’au 16 octobre, l’adjoint à l’urbanisme était rangé dans la colonne des non-alignés. À l’évocation du divorce à venir, Michel Le Faou répétait qu’il ne voulait “pas choisir entre papa et maman”. Il s’est longtemps tenu à cette position de casque bleu. Du moins publiquement. Ces dernières semaines, Gérard Collomb lui a refusé ce rôle en retirant à son adjoint à l’urbanisme la signature des permis de construire, un gage de défiance. En mars prochain, il pourrait porter les listes du duo Képénékian-Kimelfeld dans le 8e arrondissement. “Gérard Collomb a longtemps pensé que les élus s’alignaient comme des petits pois”, ironise t-il.Loïc Graber – adjoint à la cultureKarine Dognin-Sauze – 2e adjointe au maire de Lyon (aux relations internationales)Guy Corazzol – adjoint à l’éducation et conseiller métropolitainCatherine Panassier – maire du 3eBéatrice Gailliout – maire du 5eMyriam Picot – maire du 7e et vice-présidente de la métropoleSarah Peillon – conseillère métropolitaineÉric Desbos – conseiller délégué à la métropoleAugustin Michaely – ancien référent des Jeunes avec Macron

Il vous reste 78 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb, à la finale du Bocuse d’Or 2019 © Maxime Jegat / PhotoPQR MaxPPP
La bataille politique que se livrent David Kimelfeld et Gérard Collomb met numériquement en danger les majorités à la ville de Lyon et à la métropole. Si les deux camps assurent que les engagements de mandat seront respectés jusqu’au bout, la création ce mardi d’un groupe par les pro-Kimelfeld a renforcé le spectre d’une possible scission de la majorité municipale.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut