Marin Bisson, à Lyon, le 21 mars 2019 © Antoine Merlet
Marin Bisson, à Lyon, le 21 mars 2019 © Antoine Merlet
Article payant

Climat : “C’est juste qu’il y a urgence” (Marin, 15 ans, lycéen militant)

L’entretien “Grande gueule” d’avril – À 15 ans, cet autre Marin est pour beaucoup dans la réussite de la manifestation des collégiens et lycéens #YouthForClimate du 15 mars (plus de 12 000 personnes) à Lyon. Devant l’urgence climatique, il s’engage à fond dans la bataille, “en colère d’avoir à faire tout ça” alors qu’il rêve de se consacrer à la musique pour devenir chanteur lyrique.


Lyon Capitale : Êtes-vous une grande gueule ? Marin Bisson : Ça ne fait que deux mois que je suis militant pour l’écologie, donc je ne sais pas si l’on peut déjà considérer que je suis une grande gueule. Et puis c’est un mouvement collectif. Les jeunes se mobilisent parce qu’ils comprennent que ce sont eux qui seront directement concernés par le réchauffement climatique. C’est notre vie, notre avenir qui est en jeu, pas seulement celui de nos enfants ou petits-enfants. On a un certain confort aujourd’hui, on sait qu’il va falloir changer notre mode de vie pour pouvoir continuer à vivre correctement. Les scientifiques disent qu’il faut le diviser par trois, si on ne veut pas avoir des millions de réfugiés climatiques. Pour moi, le déclic, ça a été le départ de Nicolas Hulot. Je me suis dit : Si même lui n’y arrive pas… C’est un mouvement uniquement lycéen et étudiant pour obliger les dirigeants à prendre les mesures qui s’imposent. À commencer par quoi, par exemple ? L’interdiction des voitures en ville. L’énergie qu’on dépense pour déplacer une tonne cinq de métal avec une seule personne dedans, ça n’a pas de sens, alors que le vélo est plus rapide et beaucoup plus écolo. Et vous, quels sacrifices êtes-vous prêt à consentir sur votre mode de vie ? Avec une autre famille, on avait le projet de partir aux États-Unis pour les vacances. On a finalement décidé de ne pas y aller, car ça faisait onze personnes qui allaient faire des kilomètres en avion. C’est vraiment un moyen de transport qu’il faudrait arrêter d’utiliser. Surtout, il ne faut pas soutenir les compagnies qui cassent les prix. C’est génial quand on veut prendre l’avion, mais quand on voit que le train est plus cher sur la plupart des trajets maintenant, ça pose un problème. Au contraire, il faut favoriser le train, et même le redévelopper partout où on a supprimé des lignes.

Il vous reste 82 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut