confpresse-Bron∏FlorentAceto_11
@ Florent Aceto

Bron : la majorité se divise autour d'un projet de médiathèque

Elisabeth Brissy-Queyranne, femme du président socialiste de la région Rhône-Alpes et adjointe à la mairie de Bron (à gauche sur la photo) va se voir retirer sa délégation à la culture, mercredi soir. Le maire de la commune, Annie Guillemot, réunit un conseil municipal extraordinaire pour cela. Explications.

C'est ce que l'on pourrait appeler un remaniement municipal. Elisabeth Bressy-Queyranne, élue sur la liste du maire PS de Bron, ne fera plus partie mercredi soir de son exécutif. Après trois ans de travail en commun, Annie Guillemot a en effet décidé de rétrograder son adjointe à la culture au rang de simple conseillère municipale. Une procédure très rare qui l'obligera à réunir son conseil municipal en session extraordinaire le 20 avril, à destituer tous ses adjoints, et à présenter un nouvel exécutif.

Un tiers de l'exécutif rétrogradé

Deux autres de ses adjointes, Nora Begag, la belle-soeur de l'ancien ministre lyonnais, déléguée à l'Education et à la petite enfance et Evelyne Brunet, chargée de la solidarité et des personnes âgées ne seront pas non plus être reconduites. Tout comme Christophe Pili et Bernard Justet, conseillers communautaires, délégués respectivement à l'insertion et aux anciens combattants. Enfin, Sylvie Dubouchet (déléguée à la culture), Aude Philip (déléguée au Conseil municipal des jeunes, accessoirement fille du maire du 3e arrondissement lyonnais) et Jacqueline Palluy-lantier (déléguée à la vie associative) se verront également retirer leur délégation.

Ils n'ont pas soutenu le projet du maire

Les cinq conseillers municipaux délégués et les trois adjointes ont tous commis le crime de lèse-majesté de n'avoir pas soutenu le projet phare du maire, celui de nouvelle médiathèque municipale. Alors que la commune en compte déjà une, que celle-ci ne reçoit que 30 % des habitants chaque année ; le maire souhaite en construire une nouvelle et investir dans ce projet 12 millions d'euros. 7 millions d'euros à la charge de la commune dans ce mandat, soit 40 % de l'investissement total de la ville de Bron d'ici 2014. Nora Begag (adjointe à l'Education) et Evelyne Brunet (adjointe aux personnes âgées) réclament plutôt des places en crèches et des lits médicalisés, autrement plus urgents selon elles.

Le maire veut "un geste architectural fort"

Quant à l'adjointe à la culture, la femme de Jean-Jack Queyranne (celui-ci fut maire de la commune avant Annie Guillemot, ndlr) ; elle est elle aussi opposée au projet "pharaonique" du maire. Elle a proposé de réhabiliter l'ancienne médiathèque de la ville pour 1,5 million d'euros, mais rien n'y a fait. Le maire "veut un geste architectural fort", regrette Elisabeth Brissy-Queyranne.

Annie Guillemot a en effet choisi, contre l'avis du jury de professionnels et d'élus réuni le 25 novembre, le projet de l'architecte Constantin comparé à "un temple de Pétra" par l'architecte lui-même, "absolument pas en phase avec les pratiques culturelles et les attentes sociales des Brondillants", estime Elisabeth Brissy-Queyranne.

Comme elle, les sept élus destitués n'ont pas voté le budget 2011 de la commune le 31 mars dernier, ils se sont abstenus, se désolidarisant du même coup de la majorité d'Annie Guillemot. Une vraie scission dans la majorité PS et apparentés de Bron. Le maire n'a pas répondu à nos sollicitations, mais a décidé de retirer leur délégation aux trois adjointes et aux cinq conseillers délégués. Elisabeth Brissy-Queyranne a déposé deux recours devant le tribunal administratif de Lyon, mais ceux-ci n'empêcheront pas le maire de commencer les travaux de la médiathèque. Le chantier doit débuter à la fin de l'année.

Lire aussi : Pourquoi Annie Guillemot a renvoyé madame Queyranne

à lire également
David Kimelfeld, lors de son élection à la présidence de la métropole – Grand Lyon, juillet 2017 © Tim Douet
À la tête de la métropole depuis dix-huit mois, David Kimelfeld accélère le rééquilibrage entre ses compétences urbaines (héritées du Grand Lyon) et sociales (récupérées du département). L’outil créé en 2015 commence selon lui à montrer les premiers signes de sa pertinence. Mais il demande aussi du temps. En creux, David Kimelfeld dresse l’inventaire de la patte qu’il a apportée à cette collectivité depuis qu’il a succédé à Gérard Collomb.
3 commentaires
  1. GNAFRON DE LYON - 19 avril 2011

    Bonne nouvelle, les Gones! Y'a une QUEYRANNE qui combat les projets pharaoniques qui mangent nos picaillons! Dommage qu'elle n'ait pas pu dissuader son grand gognand de construire son blockhaus régional et ruineux à Perrache...

  2. lyonnais - 19 avril 2011

    Tout à fait d'accord avec vous Gnafron de Lyon quand vous parlez de blockhaus régional à son mari car il faut savoir qu'il n'on pas de réserve foncière autour. Le Carré de Soie ou St Exupéry auraient été bien mieux.Chez ces gens là, ils ne savent peut-être pas qu'une entreprise de cette taille a toujours besoins de s'agrandir??. Encore un blockaus comme notre centre d'échange de Perrache que tous le monde aimerait ne plus voir mais c'est trop tard.Voilà pourquoi il ne faut pas voter pour des petits!

  3. Yvan, de Lyon - 19 avril 2011

    Ils en ont pas marre de leurs singeries ?!Ce qui se passe à Bron, illustre un vrai malaise pour notre société. Malaise d’une société, qui se veut démocratique, dont de nombreux outils, sont aux mains de frustré(e)s en quête de pouvoir.Quête qui est incompatible, avec le sens de l’intérêt général.En l’espèce, hier les partisan(e)s de ce doublon de médiathèque, se transforment comme par enchantement, les opposant(e)s d’aujourd’hui ! Hier ils, elles, votent pour. Aujourd’hui au prétexte d’une augmentation de la note pour les Brondillants, ils, elles, sont contre !Non mais faut arrêter, de nous prendre pour des bouffons !En 2009, lorsque vous avez voté pour ce doublon, la crise était déjà installée et les priorités étaient les mêmes qu’aujourd’hui ! Voilà l’exemple parfait d’une décision, prise par des élu(e)s sensés agir dans l’intérêt général, qui en fait ajustent leurs postures, en fonction de la quête ou maintien au pouvoir.C’est là, leur seule motivation. Conquérir ou conserver le pouvoir.Que les choses soient claires. Au regard de la conjoncture et des priorités des Brondillants, investir autant d’argent public dans une structure, déjà existante, c’est de l’argent public gaspillé.Le seul point que je partage, avec ces élu(e)s porte sur l’obligation de transparence.Transparence qui n’est pas de mise aussi, à la Ville de Lyon, au Grand Lyon, aux Conseils Général et Régional. Là, seuls les prénoms changent…Après ça, ils s’étonneront de la montée de l’abstentionnisme !Ces gens-là sont de tristes politicards.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut