Anne Hidalgo : la loi Macron, “un recul démocratique”

La maire de Paris a fortement critiqué les dispositions de la loi Macron, qui sera votée mardi à l’Assemblée nationale.

Le projet de loi Macron, qui sera voté mardi à l'Assemblée nationale, s'est trouvé un nouvel opposant en la personne de la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Le texte prévoit notamment la mise en place de "zones touristiques internationales", au sein desquelles les commerces pourront ouvrir tous les dimanches de l'année, ainsi que les soirs jusqu'à minuit.

Une mesure qui a provoqué la colère d'Anne Hidalgo, qui réclamait l'instauration d'un avis conforme de la part du maire de la commune concernée et la définition de critères objectifs au moment de tracer ces zones. Seulement, les amendements allant en ce sens ont été rejetés par les députés ce week-end.

Dans un communiqué, Anne Hidalgo a expliqué que ce texte "trahit une vision recentralisatrice et jacobine de la régulation des territoires" et constitue "un recul démocratique, à rebours de l'histoire décentralisatrice entamée il y a plus de trente ans".

Ces zones touristiques internationales concernent les quartiers parisiens des Champs-Elysées, de Saint-Germain et d'Haussmann, ainsi que certains secteurs des villes de Nice, Cannes et Deauville.

à lire également
Marion Maréchal-Le Pen, aux Assises du FN, en février 2017, à Lyon © Tim Douet
La bataille fait actuellement rage à Lyon pour les élections municipales, en mars 2020. Mais quid de Marion Maréchal, l’ancienne députée du Vaucluse, désormais directrice d’une école privée d’enseignement supérieur, l’Issep, à Confluence (Lyon 2e) ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut