Alliance PS-Verts : Baume assure le service après-vente

Raillée par Nathalie Perrin-Gilbert, brocardée par Philippe Meirieu, l’union de Gérard Collomb et des écologistes a tenté d’enclencher une dynamique plus positive mercredi après-midi. Odile Belinga, tête de liste PS au 1er tour, et l’écologiste Émeline Baume qui la remplace pour le 2e ont justifié leur alliance. Elles déroulent aussi leur argumentaire pour battre Nathalie Perrin-Gilbert : pour les six prochaines années, dans le 1er arrondissement, ce sera Collomb ou le chaos.

Mercredi en fin d'après-midi, le PS et les écologistes avaient donné rendez-vous à la presse pour donner un visage à leur rassemblement. Et le 1er arrondissement incarne leur union d'entre-deux tours ni fusionnelle ni passionnelle mais simplement pragmatique : "Je ne suis pas devenue socialiste et Odile [Belinga] n'est pas devenue écologiste. Il n'est pas question d'acheter des postes mais de propositions concrètes. Nous avons des points de vue divers mais nous allons construire ensemble. Nous ne sommes pas dans l'idéologie. Personne n'avale de couleuvres", se défend Émeline Baume (EELV). Il en va de la cuisine politique comme du monde de la gastronomie : il faut toujours goûter avant de servir le plat aux clients. Et la nouvelle tête de liste de Gérard Collomb dans le 1er de surligner les idées écologistes intégrées dans le programme commun, même s'il s'apparente encore à l'heure actuelle à un texte à trous, sur la halle de la Martinière où le PS accepte de copier-coller la proposition des écologistes.

La construction avec Collomb ou le chaos avec Perrin-Gilbert

Odile Belinga, tête de liste de Gérard Collomb au 1er tour (25,94 % contre 11,27 % pour Émeline Baume), martèle dans la foulée le message de l'alliance de raison : "Notre liste est pragmatique, nous ne sommes pas dans le cynisme. Les gens veulent voir des projets qui se réalisent. Nous ne sommes pas dans des postures incantatoires mais de la construction." Un leitmotiv qui est l'argument principal de la liste d'union dans le 1er. Oubliés, les critiques sur la personnalité de Nathalie Perrin-Gilbert et l'argumentaire pro-Collomb, c'est un message de "bon père de famille" que délivrent les militants : "Au premier tour, les électeurs ont voulu se faire plaisir. Maintenant, il faut être raisonnable. Les gens doivent se demander s'ils veulent vraiment que pendant six ans il ne se passe rien dans le 1er arrondissement à cause d'une maire qui est en opposition avec la mairie centrale. Six ans, c'est long", prévient une militante. En gros, c'est Collomb ou le chaos, prophétisent les colistiers d'Émeline Baume. Odile Belinga transforme son désistement au profit d'Émeline Baume en gage de la bonne volonté de Gérard Collomb sur le 1er : "Nous avons entendu ce que les électeurs ont dit en ne votant pas pour nous. Nous leur répondons que nous travaillerons pour eux et que nous les écoutons."

Le 1er, terre historique de la gauche plurielle

Pendant les trente minutes de l'exercice médiatique, les deux femmes ont tout fait pour dissiper les critiques portées par Nathalie Perrin-Gilbert ou Philippe Meirieu sur une alliance purement électorale. "Il y a une personne qui incarne la droiture à Europe Écologie, ce n'est pas Éva Joly, c'est Étienne Tête. Il a accepté cet accord et on ne peut pas imaginer qu'il se soit assis sur ses convictions sur le Top ou le Grand Stade",justifie Émeline Baume. À côté de l'ex et de la nouvelle tête de liste du 1er, Yves Fournel rappelle que le 1er arrondissement est habitué à ce type d'alliance : "Depuis 1995, nous travaillons tous ensemble." Il ne s'était, en revanche, jamais autant divisé.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut