Christophe Geourjon
© Elise Julliard

L’UDI écrit à Valls sur la carte électorale de la métropole

Le groupe UDI au Grand Lyon a écrit une lettre à Manuel Valls, pour lui demander de revoir la copie du préfet du Rhône concernant la future carte électorale de la métropole. Au lieu du scénario actuel d’une agglomération découpée en 14, il prône une seule élection proportionnelle sur l’ensemble du territoire du Grand Lyon.

Christophe Geourjon, président du groupe UDI et Apparentés au Grand Lyon, a envoyé une lettre à Manuel Valls pour l'exhorter de ne pas légiférer par ordonnance pour établir la nouvelle organisation électorale de la future métropole. En 2020, les électeurs devront en effet voter pour élire leur maire, mais aussi le président du Grand Lyon, au suffrage universel direct, ce qui sera une grande première.

Mais l'UDI, comme tous les groupes d'opposition, est loin d'approuver la carte électorale dessinée par le préfet – avec l'aval de Gérard Collomb. La métropole y est découpée en 14 territoires, élisant chacun ses représentants.

“Concertation express”

"Le préfet du Rhône a conduit une concertation “express” autour du projet d’ordonnance visant à définir les modalités d’élection des conseillers métropolitains. Ceci n’est pas acceptable, car le mode de scrutin induit quasiment automatiquement la gouvernance de notre future collectivité. En votre qualité de Premier ministre, nous vous demandons de bien vouloir renoncer au projet de légiférer par ordonnance pour déterminer les modalités électorales. Le Parlement, lieu par excellence du débat démocratique, doit être saisi de l’ensemble de la question", explique Christophe Geourjon.

"Nous avons le sentiment que la mise en œuvre concrète de la métropole va aboutir à une hypercentralisation des décisions au siège du Grand Lyon, avec le risque d’éloigner encore citoyens et politiques", ajoute le conseiller communautaire centriste.

Une élection, 14 scrutins

Dans un précédent communiqué sur le sujet, Christophe Geourjon et l'UDI dévoilaient leurs préconisations : "Nous refusons une élection au niveau de 14 circonscriptions indépendantes et de taille très disparate (de 61 000 à 145 000 habitants). Nous proposons, à l’image de ce qui est fait pour l’élection régionale, la constitution d’une circonscription unique, composée de sous-sections territoriales. Cela assurerait alors une majorité claire à l’équipe ayant obtenu les suffrages des électeurs de la métropole, tout en permettant une représentativité des territoires et des différentes sensibilités des Grands-Lyonnais."

à lire également
David Kimelfeld en meeting à Lyon © Antoine Merlet
Ce mercredi soir, David Kimelfeld tenait son premier meeting officiel en tant que candidat à la présidence de la métropole. Trois jours après le choix de La République en Marche d'investir Gérard Collomb, l'actuel président de la métropole a apporté la preuve que sa dynamique n'était en rien émoussée. Il a réuni autour de lui près de 1 000 personnes.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut