2e circonscription : Julien-Laferrière grand favori

ANALYSE. Le second tour opposera les maires du 1er et du 9e arrondissement, deux candidats qui ont été élus ensemble par le passé sur les listes de Gérard Collomb : Hubert Julien-Laferrière (LREM) et Nathalie Perrin-Gilbert (Gram). Le candidat du parti d'Emmanuel Macron est en ballottage très favorable sur la 2e circonscription du Rhône.

Dimanche soir, dans les salons de la Préfecture, à observer le comportement d'Hubert Julien-Laferrière et de Nathalie Perrin-Gilbert, les deux candidats qualifiés pour le second tour, il pouvait y avoir méprise sur leur ordre d'arrivée. Hubert Julien-Laferrière (LREM) a viré très largement en tête avec 39,12 % des suffrages. Nathalie Perrin-Gilbert a, elle, remporté sa primaire de la gauche radicale en obtenant 18,04 % des voix. Malgré ces 21 points d'écart, l'euphorie était plutôt dans le camp de la maire du 1er arrondissement. L'élue était tout à sa joie d'avoir devancé la candidate de la France Insoumise (11,46 %) et résisté à Europe Écologie (4,49 %) qui menaçait son pré carré de l'opposition aux marcheurs et au modèle lyonnais de Gérard Collomb.

Pour Nathalie Perrin-Gilbert, cette qualification pour le second tour avait des allures de victoire. Elle confirme son ancrage sur le 1er arrondissement où elle n'est devancée que de quelques voix par le candidat En Marche. Elle note toutefois les bons scores qu'elle a obtenus dans le 9e et le 4e. Pour 2020, où elle compte incarner l'opposition de gauche à Gérard Collomb et à ses successeurs, elle décèle dans ce premier tour des législatives que le Gram, le parti qu'elle a lancé en 2011, grignote du terrain hors de son 1er arrondissement. Grisée par l'euphorie de sa qualification pour le second tour, Nathalie Perrin-Gilbert allait jusqu'à s'inventer des réserves de voix pour espérer ébranler la confiance des marcheurs. Même en fonctionnant à plein, les reports de voix de la gauche lui permettent à peine de recoller au score du candidat de La République En Marche. Même s'il se revendique homme de gauche, Hubert Julien-Laferrière, le maire du 9e arrondissement, devrait trouver des alliés de circonstance, dont il n'a pas vitalement besoin, sur sa droite.

Éternel sacrifié des années Collomb, l'ancien socialiste qui bat désormais pavillon En Marche profite pleinement de la dynamique Macron. Dans un grand sourire, il se dit satisfait de ce match "des maires" pour le second tour. La droite qui se présentait divisée paie logiquement le prix de son incapacité à se rassembler. Laurence Balas (LR) et Denis Broliquier(UDI) font quasiment jeu égal, quarante voix d'écart, mais autour de 8,5 %. Même réuni, le second tour leur aurait été difficile à atteindre sur une circonscription qu'il détenait il y a dix ans.

à lire également
La grande union de la gauche semble toujours impossible à Lyon. Ce mercredi matin, Nathalie Perrin-Gilbert s'est "payé" le mouvement Z qui veut construire une alternative à la gauche de La République en Marche.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut