Paul Francois, devant la cour d’appel de Lyon, le 6 février 2019 © Jeff Pachoud / AFP
Paul Francois, devant la cour d’appel de Lyon, le 6 février 2019 © Jeff Pachoud / AFP

Lyon : nouvelle victoire de l’agriculteur Paul François contre Monsanto

La cour d'appel de Lyon a de nouveau condamné la firme attaquée par l'agriculteur Paul François. Cependant, aucune indemnisation n'a été fixée pour le moment.

Pour la 3e fois, la cour d'appel de Lyon a donné raison à l'agriculteur Paul François dans son procès contre l'entreprise Monsanto qu'il accuse d'être responsable de son intoxication à un herbicide. Les décisions de première instance et d'appel avaient été cassées en Cassation en 2017. Ce jeudi, si le tribunal a reconnu la culpabilité de la firme rachetée par le groupe Bayer, les avocats de l'agriculteur jugent leur victoire comme n'étant “qu'à demi-teinte”. “Malgré les trois condamnations de la firme et cette nouvelle victoire, le combat ne s’arrête pas là. En effet, Monsanto peut former un pourvoi contre cette décision. Par ailleurs, en refusant de conclure sur la question de l’indemnisation, Monsanto a contraint la cour d’appel à renvoyer cette question devant le tribunal de grande instance de Lyon, retardant d’autant l’indemnisation. Jouer la montre, en utilisant tous les recours possibles, est une stratégie systématiquement utilisée par la firme Monsanto”, ont-ils déclaré.

L'agriculteur est en procédure contre Monsanto depuis 2007. Il avait été intoxiqué en avril 2004, en inhalant les vapeurs d’un herbicide de la firme, le Lasso. Un produit qui lui a provoqué plusieurs comas, des maux de tête violents et des pertes de connaissance. Il souffre toujours aujourd'hui de graves troubles neurologiques.

Découvrez tous nos articles sur les pesticides publiés dans le mensuel n° 787 (avril 2019) de Lyon Capitale, dont une carte des cours d'eau du département du Rhône (Ici, ici et ici).

Pesticides  : Paul François, le défricheur

à lire également
Michèle Rivasi © Tim Douet
L’eurodéputée EEVL de la Drôme Michèle Rivasi dénonce le scandale sanitaire du chlordécon, un pesticide neurotoxique utilisé pendant des années aux Antilles alors qu’il était interdit partout dans le monde. Ni plus ni moins qu’un “génocide” perpétré par les plus hautes sphères de l’État, explique-t-elle à Lyon Capitale.
1 commentaire
  1. Abolition_de_la_monnaie - 11 avril 2019

    Mais le jugement n'est pas définitif puisque Monsanto va surement faire appel...

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut