Montage Culture 10 oct 2014

Week-end à Lyon : 20 idées pour oublier la pluie

Il pleut, quelle chance ! Nous allons pouvoir investir les musées et les salles de spectacles lyonnais sans aucun remords. La sélection culturelle de Lyon Capitale du 10 au 12 octobre.

Embarquons à l’opéra

Le Vaisseau fantôme, mise en scène d’Alex Ollé © Jean-Louis Fernandez

Le Vaisseau fantôme, mise en scène d’Alex Ollé © J-L. Fernandez

Le Vaisseau démarre ce week-end, un Wagner à la catalane avec Alex Ollé à la barre, mais on vous en dit plus ici.

Débarquons dans les musées

Erro, Silver Surfer Saga, 1999 © Adagp, Paris, 2014

Erro, Silver Surfer Saga, 1999 © Adagp

Pour voir Le Surfeur d’argent (récemment acquis par la Ville de Lyon) dans la rétrospective Erro, première grande expo de la saison au musée d’Art contemporain. Mais on vous en dit plus ici.

Au CHRD bien sûr où, jusqu’au 4 janvier, C’est le débarquement ! On y revit le 6 juin 1944, tournant de la Seconde Guerre mondiale, quasiment heure par heure, au son des P-51 de l’armée US. En découvrant les portraits intimes de simples soldats qui y ont participé et pour beaucoup n’en sont pas revenus.

Au musée Paul-Dini de Villefranche qui ouvre dimanche sa nouvelle exposition : Théâtres et cafés, pour souligner les liens unissant les arts scéniques et visuels, avec notamment des œuvres des Lyonnais Pierre Combet-Descombes et Louis Bardey.

Mais aussi : à la galerie Le Bleu du Ciel qui expose les portraits féminins de deux photographes d’Europe de l’Est (Humaines, trop humaines, jusqu’au 8 novembre) ; aux Archives municipales, pour découvrir l’histoire de très nombreux Lyonnais d’aujourd’hui (Lyon l’italienne, on vous en dit plus ici) ; à Vienne, où le nouvel espace consacré à l’art contemporain présente 11 vidéos du Neuer Berliner Kunstverein, centre d’art berlinois possédant la plus ancienne collection d’art vidéo en Allemagne (Audio Trouble, à la halle des Bouchers, rue Teste-du-Bailler, jusqu’au 9 novembre).

Révisons nos classiques au théâtre...

Jérémy Lopez (au centre) dans Les Fourberies de Scapin, mise en scène de Laurent Brethome (photo de répétition) © Philippe Bertheau

Jérémy Lopez (au centre) dans Les Fourberies de Scapin, mise en scène de Laurent Brethome (photo de répétition) © P. Bertheau

Molière squatte l’affiche en ce moment à Lyon, mais un (ou plutôt des) Molière d’une folle jeunesse, dont le texte frappe juste grâce à de jeunes acteurs dont l’énergie ne faillit pas. Au théâtre du Point-du-Jour, ils enchaînent même le samedi L’Ecole des femmes, Tartuffe, Dom Juan et Le Misanthrope sans quasiment reprendre leur souffle (les spectateurs sont invités à se munir de provisions pour tenir eux aussi de 14h à 22h). Sur la scène du théâtre de la Croix-Rousse, ce sont des acteurs à peu près aussi jeunes mais tout aussi énergiques qui font exploser Les Fourberies de Scapin, dans une mise en scène portuaire formidable de Laurent Brethome. Au théâtre des Clochards-Célestes, Dom Juan se féminise en Don(a) Juan(e). Enfin, bis pour L’Ecole des femmes, repris au TNP, où brille Robin Renucci en Arnolphe.

Racine lui emboîte le pas aux Célestins avec le Phèdre de Christophe Rauck, qui nous avait ravis la saison dernière par ses Serments indiscrets.

Avec de jeunes enfants, on ira plutôt (ou retournera) voir La Carriole fantasque de M. Vivaldi au TNG, ou Bounce au Toboggan.

... et au ciné

La Belle et le Clochard © Hamilton Luske/The Walt Disney Company France

La Belle et le Clochard © Walt Disney Company France

Avec des enfants : un Disney, La Belle et le Clochard, samedi et dimanche à 11h10 au Pathé Cordeliers, même horaire samedi et dimanche à 13h45 au Pathé Carré de Soie, et le merveilleux Peau d’âne de Demy avec Catherine Deneuve, samedi à 14h30 au ciné Val de Vaugneray.

Pour les fans de Gabin (ou d’Arletty) : Le jour se lève, dimanche à 17h50 à l’UGC Confluence et 18h à l’UGC Ciné Cité.

Pas encore un classique, mais déjà une palme : le Comœdia passe encore la palme d’or 2014, Winter Sleep, samedi et dimanche à 10h45.

Et finissons le week-end en musique !

Tahiti 80 © DR

Tahiti 80.

Dimanche soir, le festival Just Rock ? nous ramène Tahiti 80 au Ninkasi de Gerland (c’est à 20h30 et c’est gratuit).

Alors, bon week-end et n’oubliez pas votre parapluie !

(Et si vraiment rien dans cette sélection ne vous pousse dehors, vous pouvez toujours suivre nos conseils en matière de jeux vidéo...)

à lire également
L'un des derniers "endroits" où l'on pouvait encore "couper" a temporairement disparu. Durant cette période de confinement à cause du coronavirus COVID-19, les cinémas ont fermé leur porte. A Villeurbanne, près de Lyon, le Zola a choisi de lancer son "e-salle". 
Faire défiler vers le haut