Eric Massé et Angélique Clairand (Cie des Lumas) © Tim Douet
Eric Massé et Angélique Clairand (Cie des Lumas) © Tim Douet
Article payant

Théâtre du Point-du-Jour : les Lumas veulent partager

C’est officiel depuis le 31 janvier, Éric Massé et Angélique Clairand vont codiriger le théâtre du Point-du-Jour. Lyon Capitale les a rencontrés pour qu’ils nous exposent leur projet, et nous présentent la dernière création de leur compagnie (des Lumas), De l’Ève à l’eau, que l’on pourra voir fin mars aux Subsistances.


ENTRETIEN – avec Angélique Clairand et Éric Massé
Lyon Capitale : Comment s’est passée votre nomination à la tête du théâtre du Point-du-Jour ? Éric Massé : Nous n’avions jamais postulé nulle part auparavant. Mais, connaissant Gwenaël Morin [le précédent directeur, NdlR], nous savions que son départ était programmé. Nous avons commencé à réfléchir à un projet pour prendre sa succession, avant même que ne sorte l’appel à candidatures officiel. Angélique Clairand : Nous avions déjà été sollicités, mais, avec notre compagnie, les Lumas [“escargots”, en poitevin], nous tenions à rester nomades. En tant que compagnie associée à différents théâtres, nous avons vu combien la charge de travail que suppose l’administration d’un théâtre est importante, qu’elle peut prendre du temps sur la création artistique. Mais le théâtre du Point-du-Jour a une histoire particulière pour nous. C’est là que nous allions voir des spectacles d’avant-garde lorsque nous étions élèves à la Comédie de Saint-Étienne. Nous y avons découvert des auteurs comme Manfred Karge, Olivier Cadiot, Jean-Luc Lagarce… Des compagnies comme le Tg Stan, le travail de Michel Raskine et Marief Guittier… Ça avait du sens dans notre parcours de postuler pour ce lieu-là en particulier. On est lyonnais depuis une quinzaine d’années, on aime cette ville. Mais le travail que l’on mène sur les territoires, on compte bien le poursuivre au Point-du-Jour, en pérennisant les liens que l’on y créera.

Il vous reste 65 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Inflammation du verbe vivre, de Wajdi Mouawad (photo de répétition) © Pascal Gely
Habitué de la scène du TNP, Wajdi Mouawad revient à Villeurbanne avec une nouvelle pièce, dont il signe l’écriture, l’interprétation et la mise en scène, Inflammation du verbe vivre.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut