Solonely : un duo choc, sensible et sensuel

Se retrouver sur scène en duo et faire le point après plusieurs spectacles de compagnie, tel est le pari des Lyonnais Thomas Guerry et Camille Rocailleux. Solonely, leur dernière création est une belle aventure humaine et artistique. À voir absolument !

Le premier est danseur-chorégraphe, le second musicien-compositeur et percussionniste. On connaît la particularité de leur travail qui fait appel à une forme de théâtre musical où danse et musique s’écrivent en même temps, explorant les mouvements du corps du musicien et les sons de celui qui danse. Deux solitudes enfermées dans deux univers différents se livrent à nous. L’un violent et l’autre plus doux – en apparence – vont s’effriter puis s’affronter avant de trouver un salut balisé de désirs et de reconnaissance mutuelle.

Le spectacle foisonne de propositions artistiques, entre musique, cirque, danse, comédie, humour, lyrisme, souffrance, cynisme et non-dits. Pétri d’une sensibilité masculine mais aussi d’une forte sensualité, il démontre une écriture savamment construite et un engagement sans faille des deux interprètes. Thomas Guerry cherche – à partir de son lit-trampoline – un corps qui tiendrait debout mais qui souvent se heurte à l’impossible, à la cassure ou au souvenir qui n’a plus de sens ; un corps se projetant contre le mur et dont le son froid résonne jusqu’à nous. Camille Rocailleux lui semble chercher, du piano aux percussions, un lien disparu avec la vie mais que l’on sent ancré dans une mémoire constituée de morceaux éparpillés et qui le mène à l’errance et aux seules tentatives.

Deux hommes à fleur de peau

Le chemin sera long, fait de déséquilibres, de suspensions, d’obsessions et de retour à zéro. Mais, peu à peu, les espaces dans lesquels ils sont enserrés se laissent imprégner par de nouveaux flux musicaux qui se propagent tandis que les corps détruisent les murs et les obstacles pour se rejoindre dans les hauteurs d’un lieu libéré. Un magnifique duo apparaît quand ils se délectent d’une danse faite de portés, d’appuis et de rebonds d’une grande finesse, d’esquives feintées avec malice ; le corps de l’un ayant désormais intégré celui de l’autre.

S’appuyant sur une scénographie intelligente qui transforme l’espace scénique selon les rythmes de l’espace mental des deux interprètes, Solonely est fait de force et de risques, et d’une sincère réflexion sur les fondements de leur travail. Plus que jamais l’originalité de leur démarche s’impose. Il s’agit de creuser dans l’imaginaire de l’artiste, de provoquer des ruptures dans la logique du déroulement du spectacle, de laisser entrer dans la maîtrise scénique le son qui déraille, se démultiplie ou se transforme ; le corps qui exulte, s’épuise ou disjoncte. De laisser entrer sur scène et en nous cette chose vitale, à la fois palpable et insaisissable. Surprendre et faire en sorte que tout ce qui est au plateau témoigne d’un chemin artistique fuyant le terrain connu, bel et bien tracé par deux hommes à fleur de peau.

Solonely, de Thomas Guerry et Camille Rocailleux, le 10 novembre, à 20h30, au Toboggan. Les 13 et 14 novembre, au théâtre du Vellein à Villefontaine. Les 21 et 22 novembre, au Dôme d’Albertville.

à lire également
Carmen, de José Montalvo / Noé, de Thierry Malandain / Le Bestiaire d’Hichem, de Jeanne Mordoj © Patrick Berger / Olivier Houeix / Géraldine Aresteanu (montage LC)
José Montalvo présente cette semaine à Lyon sa vision démultipliée de Carmen, “un être sans patrie”. Auquel fera écho “L’errance est humaine” de Jeanne Mordoj. Quelques jours avant le Noé de Thierry Malandain qui interroge la transformation de notre humanité.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut