Le Fou, un nouveau théâtre dédié à la création contemporaine dans le 1er

Il fut jadis Fou Fieffé. Désormais le petit théâtre chaleureux, fait de pierres et de voûtes au bas des pentes de la Croix-Rousse, se nomme le Fou, tout simplement, avec une nouvelle équipe et une programmation audacieuse consacrée à la création contemporaine.

Valérie Bellencontre, Renaud Rocher, Mathieu Rigouin et Carine Lefort, ce sont eux, les quatre complices de la Compagnie Essentiel Éphémère qui ont fait le pari « fou » (justement) de reprendre ce petit théâtre du premier arrondissement et d’en faire un lieu de résidence et de créations pour les compagnies lyonnaises et rhônalpines. Le lieu, ils le connaissaient déjà ayant présenté quelques-unes de leurs créations au Fou Fieffé. Aujourd’hui, grâce à la qualité de leur travail, des mécènes privés, entreprises et particuliers, les ont aidés à racheter le théâtre et en faire un espace de création avec une forte identité. « J’ai passé quelques années à Montréal et là-bas, j’ai constaté que les théâtres sont beaucoup plus identifiés. C’est le cas à Lyon avec les grands théâtres mais pas avec les petits. Aujourd’hui je trouve qu’on ne va pas suffisamment au théâtre parce qu’on connaît le lieu, qu’on sait ce qui s’y passe et qu’on aime sa ligne directrice… C’est pourquoi on aimerait créer un endroit avec une vraie identité afin que les gens puissent y revenir parce qu’ils ont confiance en la programmation », explique Renaud Rocher, auteur, metteur en scène, comédien et directeur artistique du théâtre. « L’idée c’est que les spectateurs se disent : « tiens ce soir on va aller au Fou parce qu’on aime ce qui s’y passe » », ajoute Carine Lefort.

Le fil rouge de la création

Au Fou, lors de cette saison 2011/2012, auront lieu dix pièces pour adultes, dont cinq de la Compagnie Essentiel Éphémère, et sept pièces intergénérationnelles plus orientées vers le jeune public. Presque toutes sont des créations inédites, le Fou n’a pas vocation à reprendre des spectacles mais plutôt à les faire naître et à permettre aux compagnies d’avoir un petit temps de résidence, ce qui leur fait souvent cruellement défaut. « On souhaite vraiment être un tremplin pour les jeunes compagnies lyonnaises et rhônalpines », précise Renaud Rocher qui a souhaité que le théâtre soit ouvert aussi à l’improvisation (chaque mercredi soir avec la troupe les Schyzoz) et à la musique (avec les groupes Inlakesh et Bye Bye Dubaï). Parmi les petites perles de la saison à ne pas manquer : Délices et Sens, un assemblage de textes érotiques des années 20 par la Compagnie Mis Primos ; Rêver peut-être, une comédie absurde et délirante de Jean-Claude Grumberg, par la Compagnie Essentiel Ephémère ; mais surtout la trilogie « traitant de la complexité de se construire sur un socle familial vacillant », écrite et mise en scène par Renaud Rocher. Ainsi 2011/2012 voit une métamorphose du Fou, promesse d’un nouveau souffle, bienvenu, sur les scènes de la création théâtrale lyonnaise.

Le Fou, 2 rue Fernand Rey, Lyon 1er.

www.lefou.eu

Lancement de saison : les 9 septembre (19h30 : apéro-concert gratuit avec le groupe Bye-Bye Dubaï), 10 septembre (14h : visite guidée imaginaire du théâtre pour les enfants ; 14h30 : présentation de la saison jeune public ; 16h goûter et animations pour les enfants ; 19h30 : apéro-concert gratuit du groupe Inlakesh ; 20h30 : présentation des spectacles de la saison), 11 septembre (poursuite des festivités avec l’équipe de 14h à 18h).

à lire également
La soprano Véronique Gens dans “La Voix humaine” de Jean Cocteau – Mise en scène Christian Schiaretti © Danielle Pierre
Si le patron du TNP avait repris quelques-uns de ses spectacles la saison dernière, il avait rendu copie blanche en termes de création. Christian Schiaretti se rattrape cette année, avec Claudel, Vitrac et Cocteau. À voir – et entendre – dès mardi.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut