Un appel du monde économique pour faire barrage aux écolos à Lyon

Après le monde politique la semaine dernière, ce sont des acteurs économiques qui appellent à faire barrage aux écologistes le 28 juin prochain, jour du second des élections municipales et métropolitaines.

Le mail circule depuis quelques heures dans le Lyon des décideurs. Il appelle à se mobiliser contre le péril vert : “Les Lyonnaises et les Lyonnais ont choisi de placer en tête les listes écologiques. C’est un choix qui s’impose et que nous ne contestons pas. La démocratie doit primer. Mais ce choix provoque chez nous, entrepreneurs, de vraies interrogations et des craintes”.

Le laboratoire grenoblois

Les patrons à l’origine de cet appel dévoilent ainsi leur “raison sociale” : “Alerter les Lyonnaises et les Lyonnais sur le risque de voir une idéologie verte, soutenue par l’extrême gauche, s’emparer de Lyon et détruire implacablement ce qui fait la force de notre ville”. Les organisateurs de cet appel présentent une certaine vision du modèle grenoblois, le laboratoire du municipalise écologique. Ou plutôt il l’égratigne classements et palmarès à l’appui. Les premiers signataires appellent à ne pas “sacrifier” la dynamique économique sur l’autel d’une “idéologie”.

Souvent attaqué sur ce thème pendant la campagne, les écologistes ont la parade depuis le 15 mars au soir : les 46 % des voix obtenues par Éric Piolle, maire EELV de Grenoble. Leurs candidats, Bruno Bernard à la métropole et Grégory Doucet à la Ville de Lyon, ont souvent tenté ces derniers mois de rassurer les milieux économiques et patronaux. “Les entrepreneurs ont mieux compris que certains politiques que le monde est à l'écologie et ils s'adaptent à la réalité. Mais quelques-uns ne comprennent pas”, nous confiait Bruno Bernard, la semaine dernière.

Pression patronale

Durant l'entre deux tours, des patrons, souvent influents, ont plaidé pour une union des listes Collomb, Buffet et Kimelfeld, allant même jusqu'à demander au maire de Lyon de renoncer à la présidence de la Métropole pour rendre une alliance possible. La dimension économique, c'est justement l'une des raisons avancées par Gérard Collomb et François-Noël Buffet pour justifier l'alliance qu'ils ont scellée le 28 mai et qui s'est concrétisée par le dépôt de listes communes ce mardi 2 juin. Une union qui a crispé dans leurs camps respectifs.

Une partie du monde économique redoute qu'une alternance menace un écosystème dans lequel ils s'épanouissaient. C'est particulièrement le cas du monde du BTP qui s'est braqué sur des projets des candidats écologistes comme l'abandon de nouveaux projets autour du quartier d'affaires de la Part-Dieu et notamment des tours.

Ne pas insulter l'avenir

Les premiers signataires de cet appel ont souhaité rester anonymes.  Une manière pour eux de ne pas insulter l'avenir et leur carnet de commandes tant les candidats écologistes sont en ballottage favorable à la métropole et encore plus à la Ville de Lyon après le premier tour. Les initiateurs de cette démarche assurent ne pas rouler pour l’un des rivaux de second tour des listes de Bruno Bernard et de Grégory Doucet. “L’idée c’est d’essayer d’organiser un réseau suffisamment fort pour peser face aux nouveaux dirigeants locaux. Dans le monde économique, nous devoir apprendre à chasser en meute”, explique à Lyon Capitale l’un des premiers signataires. La démarche a aussi un objectif à plus court terme : inciter à voter le 28 juin. En 2001, l'alternance qui avait vu arriver au pouvoir Gérard Collomb avait déjà suscité des inquiétudes au sein des milieux économiques. Ils avaient vite été rassurés...

11 commentaires
  1. MichelJ - jeu 4 Juin 20 à 9 h 23

    Bonjour

    Pouvons-nous savoir quels sont les patrons qui ont initié cet appel ? Ou la rédaction de Lyon Capitale publie des communiqués sans s'assurer de la réalité de ce collectif patronal ? Quand on sait que Gérard Collomb a créé un parti de gauche ex-nihilo juste avant sa campagne, on est en droit de s'interroger sur l'existence réelle de ces "acteurs de Lyon".

    1. Marmotte - jeu 4 Juin 20 à 15 h 08

      Je suis de votre avis, j'aimerais savoir qui sont ces patrons. Si les faits sont avérés, il faut avoir du culot pour faire un communiqué "anonyme" afin de ménager ses arrières !

    2. an - ven 5 Juin 20 à 10 h 06

      L'enregistrement du nom de domaine acteursdelyon.fr
      donne quelques pistes :

      contact: TIME TO COM
      address: 6 rue du vingtain
      address: 69110 Sainte Foy les Lyon
      phone: +33.631194122
      e-mail: bitterraphael@gmail.com

      Time to com, une société du groupe Amaury Sport Organisation et monsieur Raphaël BITTER, président de la société DIGIREWARD.

      1. an - ven 5 Juin 20 à 11 h 32

        Erreur de ma part, Time To com n'a rien à voir avec le site timeto.com (d'ASO) mais est une société de M. Bitter https://www.societe.com/societe/time-to-com-537442808.html qui a enregistré la marque Sharedwood creative

  2. gintonic - jeu 4 Juin 20 à 9 h 44

    Ohhh non les verts risquent de mettre fin à la propagande publicitaire, développer les TC, ralentir la bétonnisation... Quelle menace pour notre société!

    On ferait mieux de voter pour l'oligarchie classique qui se gave sur le dos du contribuable avec des projets bidons avec la complicité des pouvoirs publics (anneau des sciences? rhonexpress?) 😀

    1. PAUL Gabriel - jeu 4 Juin 20 à 11 h 59

      Bonjour
      Pour moi l'actuel président de la METROPOLE correspond à vos souhaits.
      Je parle de David KIMELFELD, qui a dit non a l'anneau des sciences, et qui a déjà agit en résiliant le contrat Rhônexpress.

  3. Abolition_de_la_monnaie - jeu 4 Juin 20 à 10 h 14

    Hallucinant de lire cet article ! 😀

    Du genre, on n'est pas contre la démocratie mais on ne veut pas de "tel ou tel résultat" ! 😀

    N'oublions pas que pour être chef d'entreprise, il faut savoir "trancher dans le lard", il faut savoir être "dynamique" (traduction : savoir prendre les parts de marché, le chiffre d'affaires des voisins).
    Et ce n'est pas avec ce genre d'état d'esprit (il est vrai, adapté au système économique actuel puisque le but est de prendre le fric à l'autre, quel que soit "l'autre"), qui peut construire l'avenir.

    Le tout, évidemment, de façon "anonyme" comme dit l'article. Elle est belle leur "démocratie".
    😉

    Et dire que pour fabriquer un vélo, par rapport à la somme dépensée, la part de temps de travail humain est bien plus importante que pour faire une voiture... Ceux qui sont au chômage comprendront.

  4. Sylvain Godinot - jeu 4 Juin 20 à 11 h 23

    Je ne vois pas bien en quoi les programmes des écologistes vise à "détruire implacablement ce qui fait la force de notre ville”.
    Parce que qu'on veut faire reculer la place de la voiture en ville ? Le développement des transports en commun et des modes actifs créera plus d'emplois. Même chose pour la rénovation des bâtiments. Nos engagements en matière d'investissements pour la Ville et la Métropole sont très importants, que ce soit pour la mobilité, la rénovation des logements, du parc tertiaire etc.
    Oui nous voulons engager la transition écologique, et nous utiliserons des outils pour plus de justice sociale comme l'encadrement des loyers. Et nous remettons en cause une certaine politique d'attractivité lyonnaise qui consiste aussi à attirer et concentrer les emplois des villes voisines. J'invite chacun à aller voir les prises de position de nos candidats, pour se faire sa propre opinion !

    1. Abolition_de_la_monnaie - jeu 4 Juin 20 à 12 h 22

      J'espère que si par hasard, vous arrivez au pouvoir (car avec les "astuces démocratiques" de ce monde, c'est loin d'être gagné), vous ne validerez plus JAMAIS les permis de construire pour des bâtiments non-passifs !

      Car avec Collomb/Kimelfeld béton, le BTP continue de construire des immeubles avec des balcons intégrés dans les structures, donc avec ponts thermiques ! Et c'est impossible à isoler correctement après ! Les acheteurs achètent du "neuf" qui en fait est déjà "vieux".

      Tout ça parce que le secteur du BTP ne veut pas payer plus cher des salariés formés à ces techniques, préférant une autre "catégorie" de personnel, parce qu'ainsi ils se font plus de marges ! Le fric, toujours le fric, qui vient foutre la merde dans les rapports humains et sociétaux. 🙂

      1. Pije - ven 5 Juin 20 à 7 h 20

        Supprimons les balcons et puis après les fenêtres qui sont aussi des points faibles tant que vous y êtes.
        Revenons sur les bases s'il vous plait, la majeure partie des déperditions est liée au renouvellement d'air
        S'il y a un point a améliorer c'est celui là
        Je parle comme vous du neuf et pas de l'existant

  5. Popip - ven 5 Juin 20 à 18 h 42

    L'article mériterait d'être un peu plus approfondi pour être sur que ces personnes agissent en bonne foi.
    Je comprends bien la volonté de rester anonyme (même si le système de commande publique empêche de porter préjudice à une entreprise pour ses prise de parti).
    Néanmoins, quand on cherche des références sur ce regroupement, on tombe sur les acteurs de Lyon, comité de soutien à Gérard Collomb en 2013. (Tweeter regorge de tweet à ce sujet, dont un de Gérard Collomb himself)
    Apolitique vous êtes sur ?
    Attention à ne pas divulguer de fausses informations et/ou partielle, qui visent seulement à decrédibiliser une liste.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut