Epandage de pesticides dans le nord de la France en 2014 © Denis Charlet / AFP
Epandage de pesticides dans le nord de la France en 2014 © Denis Charlet / AFP
Article payant

Trafic de pesticides illégaux, un sujet tabou en Auvergne-Rhône-Alpes

Malgré une réglementation nationale drastique, la région Auvergne-Rhône-Alpes, grande consommatrice de pesticides, est touchée par les produits phytosanitaires de contrebande, interdits ou contrefaits. Au mieux, la substance active est inefficace. Au pire, elle induit des risques non évalués sur l’environnement et la santé publique. Dans le milieu agricole, le sujet est tabou.

Rien, ou presque, n’a filtré. Pourtant, l’information est fiable. Ces derniers mois, plusieurs lots de pesticides interdits ou contrefaits ont été saisis à Villefranche-sur-Saône. Il pourrait s’agir de produits de contrefaçon dont la composition en substances actives ne correspondait pas à l’étiquetage. Par exemple, la substance active fongicide annoncée sur l’étiquetage de certains produits aurait été remplacée par un insecticide au profil toxicologique différent. Parallèlement, un agriculteur de la région nous a raconté l’histoire d’un champ d’orge “complètement brûlé” après la pulvérisation “dans les règles” d’un désherbant censé cibler les graminées. Produit contrefait ? L’incident n’a pas été ébruité, aucune investigation n’a été menée. Directeur adjoint de la Brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires (BNEVP), un groupe discret inconnu du grand public, Jean-Blaise Davaine effectue des contrôles inopinés chez les formulateurs, les distributeurs et dans les coopératives. “Tous les ans, nous ouvrons entre 50 et 70 nouvelles affaires. En 2018, la brigade a ainsi ouvert 13 nouvelles affaires dans le domaine phytosanitaire, dont les trois quarts concernent la thématique phytopharmaceutique. Sur les 13 affaires, il n’est pas étonnant de retrouver, impliqués à un niveau ou à un autre, des acteurs professionnels localisés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.”

Les “armes”

Il vous reste 91 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Reconstitution de la grotte Chauvet © Camille Padilla
Son action est souvent invisible, mais l’Union européenne est un partenaire financier incontournable pour les collectivités locales. Sur la période 2014-2020, un peu moins de 3 milliards d’euros de fonds européens auront été ventilés en Auvergne-Rhône-Alpes, sur des champs très vastes, du numérique aux épiceries solidaires rurales.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut