Claire Bové et Laura Tarantola en double poids léger lors de la finale, jeudi 29 juillet. @Fédération Française d’Aviron.

Tokyo 2020 : les Lyonnaises Claire Bové et Laura Tarantola décrochent une nouvelle médaille en aviron

Jeudi 29 juillet, au terme d'un tracé sans faute, les rameuses ont franchi la ligne d'arrivée une pointe de bateau derrière les Italiennes, favorites de la compétition.

Claire Bové et Laura Tarantola ont sillonné leurs derniers deux mille mètres à Tokyo et s'en retournent, médaille d'argent au cou. La dernière fois que des rameuses françaises ont décroché une médaille olympique, c'était le bronze en 1996 à Atlanta. Tôt le matin jeudi, l'équipage de deux de couple poids léger rhônalpin a démontré son niveau dans une course d'une régularité impressionnante. Un quart de seconde après les favorites transalpines, qui ont battu mercredi le record mondial et olympique lors des demi-finales, Claire Bové et Laura Tarantola ont remporté l'argent.


"J'ai vu Claire arriver sur le centre d'entraînement au pôle à 18 ans et je pose tout le temps la même question aux athlètes quand ils arrivent, sur ce qu'ils veulent accomplir. C'est la seule à m'avoir répondu : je veux être championne olympique. Elle a tout mis en œuvre pour y arriver", Bastien Tabourier, responsable du pôle France d'aviron.


C'est au pôle France de Lyon, situé au bord du lac des Eaux Bleues de Vaulx-en-Velin, que les instructeurs de Claire Bové fêtent leur victoire. Bastien Tabourier, responsable du centre, a partagé son émotion : "Je suis aux anges, je ne touche pas terre ! C'est la consécration d'une carrière sportive pour elles". Lui même champion médaillé en aviron, il suit la rameuse depuis sa venue au pôle, dans le cadre de ses études, en 2017. "J'ai vu Claire arriver sur le centre d'entraînement au pôle à 18 ans et je pose tout le temps la même question aux athlètes quand ils arrivent, sur ce qu'ils veulent accomplir. C'est la seule à m'avoir répondu : je veux être championne olympique. Elle a tout mis en œuvre pour y arriver". 

Un duo inébranlable qui atteint ses objectifs

L'aviron n'étant pas un sport professionnalisant, les athlètes sont tenues d'avoir un métier ou d'étudier à côté de leur passion. Les deux rameuses ont continué leurs études en parallèle de leur entraînement olympique, quitte à ce que leur emploi du temps soit réglé comme une horloge. Claire Bové, à 23 ans, alterne entre cours de masso-kinésithérapie à l'université Claude-Bernard et deux séances de rame par jour. La deuxième équipière du duo formé en 2017, Laura Tarantola, enchaîne travail, école de commerce et aviron à Grenoble. La Haute-Savoyarde, née à Annemasse, ne s'entraîne pas dans le même club que sa partenaire, mais elles se retrouvent mensuellement pour pratiquer ensemble.

"Sa coéquipière vient régulièrement faire des séances avec nous", explique Bastien Tabourier. "Ce sont deux jeunes filles super déterminées, qui ont tout pour elles". Le deux de couple a témoigné de sa puissance à Tokyo, durant les premiers Jeux des rameuses. Claire Bové et Laura Tarantola rapportent ainsi à la France sa neuvième médaille.

Une très bonne semaine pour le centre d'entraînement de Lyon, fondé en 1995. La meilleure même depuis sa création, d'après son responsable. Mercredi 28 juillet, c'était leurs confrères, Hugo Boucheron et Matthieu Androdias, qui gagnaient l'or. Une belle semaine pour l'aviron français... et lyonnais.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut