Un enfant du Secours populaire sur la plage de Deauville (photo d’illustration) © Céline Saringi

Rhône : le Secours populaire emmène à la plage les oubliés des vacances

Le Secours populaire offre une journée d’évasion pour les familles et personnes isolées n’ayant pas pu partir en vacances. Un rendez-vous important et symbolique pour les oubliés, entre plage et farniente.

Ils étaient une dizaine à attendre le car qui les portera à la plage, à six heures ce matin devant la mairie de Bron. Sur la place, les enfants ont déjà commencé à jouer entre eux. La bonne humeur est au rendez-vous malgré un réveil difficile, car la nuit a été courte. "J’ai dormi deux heures tellement j’étais excitée", confie Fatima, une jeune mère qui va aujourd’hui à la mer pour la première fois. Le bus est attendu avec impatience, surtout par Enzo, sept ans, pressé de se baigner et de faire des châteaux de sable. Pour beaucoup de familles présentes, c’est la première sortie hors de Lyon de la période estivale. « Cet été ? Je suis restée dans mon quartier  », explique Dounia, une Brondillante de quinze ans venue avec son frère et son père. Six heures trente, le bus est en retard. Christine, bénévole au comité Secours populaire de Bron, trépigne. «  Ça tombe bien, on attend encore une famille  », positive-t-elle. Suite à un désistement, une famille de trois enfants a été appelée tôt ce matin pour se joindre au groupe au départ de la place de la Liberté de Bron. Cette année, plusieurs désistements ont chamboulé l’organisation initiale. « Il a donc fallu trouver des familles pour boucher les trous. J’ai eu peur que nous ne puissions pas partir, mais on l’a fait finalement  », explique cette bénévole dévouée.

700 participants direction Frontignan

Cette année, ils seront 700, familles, enfants, personnes isolées, à monter dans les cars de la Fédération Rhône du Secours populaire direction la station balnéaire de Frontignan, dans l’Hérault. Un rendez-vous annuel important pour l’association qui organise cette journée depuis plus de quarante ans. La journée est traditionnellement prévue après le 15 août « car on estime que quelqu’un qui n’est pas parti avant cette date-là ne partira plus », explique Perrine Dexmier, directrice adjointe de la Fédération Rhône du Secours populaire et chargée des projets vacances. La Journée des oubliés de vacances est un rendez-vous familial. « Cette sortie permet de resserrer les liens familiaux et de rompre l’isolement  », ajoute-t-elle. Pour les bénévoles, c'est avant tout une expérience humaine. « On touche des populations qui ne savent même pas ce que sont les vacances, certains n’ont jamais vu la mer. Quand on voit des enfants émerveillés à la plage, c’est marquant », confie Gérald Challer, qui aide à l’organisation de cette journée depuis plusieurs années. L’importance de cet événement réside aussi dans son caractère symbolique.  « Partir en vacances est un besoin élémentaire » affirme Josette, une bénévole retraitée. Le choix de la mer, outre le caractère estival de la destination, est emblématique. « C’est le premier lieu de vacances, c’est un espace qui appelle à l’évasion », développe-t-elle.

Râteaux, pelles et stands

Après près de six mois de préparation, la dernière réunion des bénévoles est l’occasion de peaufiner les détails d’une organisation déjà bien rodée. « Les gens sont surpris qu’on arrive à organiser une telle journée, en termes de gestion, c’est énorme  », explique Gérald Challer. Partenaire de cette journée depuis maintenant cinq ans, la ville de Frontignan collabore avec l’association pour le bon déroulement de l’événement. Les années d’expériences sur le terrain ont permis de nombreuses adaptations dans l’organisation. Quelques stands seront disposés aux abords de la plage pour assurer l’animation : atelier peinture et stand « copains du monde » sur le thème des droits de l’enfant. Rien qui n’éclipse les plaisirs simples de la plage. Pour accompagner la baignade, les bénévoles fournissent seaux, pelles et ballons de foot.

1 enfant sur 3 ne part pas en vacances

Rituel annuel pour certains, beaucoup ne peuvent pas s’offrir ce genre d’évasion. Chaque année, un adulte sur deux et un enfant sur trois ne partent pas en vacances, selon le Secours populaire. En 2017, l’association a permis à 190 000 personnes de partir en vacances. La Journée des oubliés n’est que la face émergée de l’iceberg du travail mené par l'association. Toute l’année, le Secours populaire aide des personnes dans le besoin à s'évader d'un quotidien difficile.

à lire également
Ouverture de la chasse à Lamnay, le 24 septembre 2017 © Jean-François Monier / AFP
Un vautour percnoptère né cette année dans la Drôme a été retrouvé criblé de balles le jour de l'ouverture de la chasse, quelques kilomètres au sud, dans le Vaucluse. La Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna) monte au créneau pour pointer la responsabilité des chasseurs, grisés selon elle par la puissance de leur lobby.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut