Vue depuis les berges de Saône sur le Vieux Lyon et la colline de Fourvière @WilliamPham

Rétro 2022 à Lyon : les temps forts de l'année à Lyon en images

Les événements qui ont marqué l'année 2022 à Lyon. Une sélection de la rédaction de Lyon Capitale.

 

Villeurbanne, capitale de la culture
©PHOTOPQR/Le Progrès/Joël Philippon

JANVIER

Villeurbanne, capitale de la culture
Capitale de la culture, Villeurbanne a mis le paquet en 2022. Les différentes manifestations organisées ont réuni plus de 700 000 visiteurs et le budget a quelque peu flambé, un dépassement assumé par la municipalité de 3,5 millions d’euros. “Les fréquentations cumulées représentent plus de quatre fois la population de Villeurbanne”, souligne Stéphane Frioux, adjoint à la culture de Villeurbanne. “Nous souhaitons conduire une politique culturelle qui entrecroise la création et l’éducation. […] Ce que nous avons expérimenté avec succès en 2022 dans le cadre de Capitale française de la culture est venu conforter nos ambitions et notre capacité à les réaliser”, retient le maire PS, Cédric Van Styvendael. Certaines opérations pourraient être reconduites. Fin décembre, les temps forts de cette année sont projetés sur la façade de l’hôtel de ville, à la manière des illuminations de la Fête des lumières. Royal de Luxe, la course de chiens géants animés, restera comme l’œuvre la plus populaire, 150 000 visiteurs durant trois jours.

©PHOTOPQR/LE PROGRES/Richard MOUILLAUD 

FEVRIER

Lyon se mobilise auprès des Ukrainiens
Les Lyonnais se sont mobilisés plusieurs fois place Bellecour avec la communauté ukrainienne lyonnaise pour afficher leur solidarité, depuis l’invasion russe le 24 février. Des associations, dont Lyon-Ukraine, portent le mouvement qui se poursuit en cette fin d’année 2022. D’ailleurs, depuis le début de la guerre, les bénévoles de l’association Lyon-Ukraine ont déjà envoyé plus de 300 tonnes d’aide humanitaire en territoire occupé. Les élus locaux de tous les partis ont unanimement condamné l’invasion. Grégory Doucet, le maire de Lyon, a même rencontré Volodymyr Zelensky en Ukraine en août dernier. Pour ce qui est des aides, la Métropole de Lyon a alloué une enveloppe d’urgence de 50 000 euros pour des associations humanitaires, et la Ville de Lyon 30 000 euros au fonds d’urgence ouvert par l’État. Des réseaux d’accueil se sont aussi créés à Lyon et dans le Rhône afin de recevoir les réfugiés fuyant le conflit. Au total plus de 11 000 personnes sont aujourd’hui accueillies dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, dont environ 350 à Lyon et ses alentours via le dispositif d’hébergement d’urgence. Plus de 90 ménages ukrainiens sont actuellement logés en hébergement citoyen à Lyon.

Zone 30, à LyonMARS

Lyon passe à 30
Le 30 mars, ça ne s’invente pas, Lyon est majoritairement passé en zone 30. Seuls quelques grands axes traversants conservent l’habituelle limitation de vitesse urbaine. Une mesure qui vise à “apaiser la ville et notamment réduire l’accidentologie” pour le maire de Lyon. Dans la campagne des municipales, Grégory Doucet s’était engagé sur ce point. Ce changement de limitation de vitesse s’additionne à d’autres mesures d’encadrement de la circulation automobile à Lyon et dans son agglomération. En septembre, la Métropole de Lyon a franchi une étape supplémentaire dans son projet de zone à faibles émissions (ZFE). Les véhicules Crit’Air 5 n’ont plus le droit de circuler à Lyon, Villeurbanne et Caluire-et-Cuire.

jean-Luc Mélenchon et les Insoumis
Photo by Christophe ARCHAMBAULT / AFP)

AVRIL

Mélenchon et les Insoumis cartonnent à Lyon
Dans une campagne présidentielle qui n’a jamais vraiment décollé en raison de la guerre en Ukraine, Jean-Luc Mélenchon a réussi la plus grande démonstration de force à Lyon en réunissant 15 000 sympathisants autour de lui sur l’esplanade du Gros-Caillou à la Croix-Rousse. Au premier tour de l’élection présidentielle, le candidat LFI a talonné Emmanuel Macron qui s’est maintenu en aspirant les voix de droite. Entre 2017 et 2022, il est passé de 22,81 % à 31,06 %. Il profite notamment de l’effondrement des autres candidats de gauche. Le chef de file des Insoumis l’emporte dans cinq des neuf arrondissements (1er, 4e, 7e, 8e et 9e). Si Yannick Jadot (EÉLV) a sous-performé, Grégory Doucet, maire de Lyon, s’est félicité de la bonne tenue d’un bloc de gauche, autour de 40 %, comme lors du premier tour des municipales de 2020.

Béatification de Pauline Jaricot
©PHOTOPQR/LE PROGRES/JoÎl PHILIPPON 

MAI

10 000 personnes lors de la béatification de Pauline Jaricot à Lyon
La Lyonnaise Pauline Jaricot, née en 1799, a été béatifiée par l’Église catholique, le 22 mai, au cours d’une messe à Lyon. 10 000 personnes venues du monde entier étaient sur place. En tout, un émissaire du pape, Mgr Tagle, trente évêques, plusieurs centaines de prêtres et 10 000 fidèles du monde entier, étaient réunis dans un grand hall d’Eurexpo transformé en cathédrale géante de 12 000 m2. Pour rappel, Pauline Jaricot est connue sur les cinq continents comme la fondatrice de l’Œuvre de la propagation de la foi et du Rosaire vivant, toujours actifs aujourd’hui. Œuvrant auprès des familles pauvres des ouvriers canuts, elle est une figure importante et populaire de l’Église de Lyon. La dernière béatification de Lyonnais remonte à 1997 avec Frédéric Ozanam, et encore avant, en 1986, le père Chevrier.

Marie-Charlotte GarinJUIN

Une majorité en berne
Qu’elle semblait loin la vague En Marche de 2017 le 19 juin 2022, au soir du second tour des élections législatives. Dans la métropole, la majorité présidentielle est passée du grand chelem à une majorité relative. Les Républicains ont grappillé un siège grâce à Alexandre Vincendet qui depuis gravite dans les rangs des députés de droite Macron compatibles. C’est surtout sur leur gauche que les députés macronistes ont été débordés. La Nupes a remporté quatre circonscriptions et s’est invitée dans tous les seconds tours à Lyon, marquant par là même un rabougrissement de la droite lyonnaise. Marie-Charlotte Garin, 26 ans, est devenue le visage d’une petite vague verte dans Lyon qui conforte Grégory Doucet et sa majorité.

@Antoine Merlet

JUILLET-AOUT

Lyon brûle
La capitale des Gaules n’a pas été épargnée par la canicule en août avec des pics dépassant les 39°. Un été qui a débuté bien plus tôt que les moyennes habituelles avec déjà en juin des journées à 38°. “À Lyon, on aura le climat de Madrid en 2050 et celui d’Alger en 2100”, avait alarmé Béatrice Vessiller, la vice-présidente écologiste de la Métropole de Lyon. De fait, parmi les grandes métropoles, Lyon est la ville de France qui se réchauffe le plus vite. À l’heure du bilan, la région Auvergne-Rhône-Alpes a particulièrement été touchée par la surmortalité liée à la canicule avec au total 473 décès en excès. Le Rhône a été plutôt épargné avec 85 décès, soit une hausse de 10 % de la mortalité sur cette période.

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur / Grégory Doucet, maire de Lyon
@Antoine Merlet

SEPTEMBRE

Entre Doucet et Darmanin, le feuilleton de l’année
Ils se sont taclés par presse interposée toute l’année avant de se parler une petite heure en septembre dernier. Finalement, ils ont surtout campé sur leurs positions et acté leurs désaccords au sujet du quartier de la Guillotière. Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, réclame l’installation de caméras de vidéosurveillance. Grégory Doucet, maire de Lyon, s’y oppose et presse le premier flic de France d’envoyer plus de “bleus” sur le terrain. Il lui reproche surtout d’instrumentaliser la situation dans le quartier à des fins politiciennes. En juillet, le ton était monté entre les deux hommes après l’agression de policiers devant le Casino de la place Gabriel-Péri. Grégory Doucet avait refusé d’assister à un déplacement du ministre sur place : “Ce n’est pas de ministre dont nous avons besoin, mais de plus d’effectifs.” “Les absents ont toujours tort [...] C’est difficile pour les policiers de ne pas être soutenus par le maire. Je pense que le maire a fait une grave erreur, mais il peut me contacter”, réagissait Gérald Darmanin.

La Cité de la gastronomie de Lyon
@Hadrien Jame

OCTOBRE

La réouverture de la Cité internationale de la gastronomie
Dans un état végétatif depuis sa fermeture, il y a deux ans, la Cité internationale de la gastronomie (CIG) a rouvert ses portes au public en octobre, dans l’écrin du Grand Hôtel-Dieu. Trois expositions, dont la très ludique Banquet, accompagnent cette réouverture attendue par les Lyonnais, avec des spectacles sons et lumières et des espaces mettant à l’épreuve les sens. Une autre exposition est consacrée à l’historique de l’entreprise d’électroménager lyonnaise SEB, qui fête ses 165 ans. Cependant, certains resteront sur leur faim puisqu’il a été décidé que l’on ne mangerait pas à la Cité de la gastronomie. Premier bilan en fin d’année 2022, la Cité a enregistré 27 000 visites depuis la réouverture. Une nouvelle programmation est annoncée pour 2023.

Karim Benzema et Caroline Garcia
@AFP

NOVEMBRE

Deux Lyonnais au sommet
Chacun dans leur sport, ils ont atteint le sommet en 2022. Ce qui dessine chez Karim Benzema une forme de permanence. Le buteur, formé à l’OL, enchaîne les saisons au très haut niveau depuis bientôt dix ans et semble se bonifier avec le temps. En club, il s’est construit le plus beau palmarès du foot français avec cinq Ligues des champions. En 2022, il a porté son équipe, le Real Madrid, à un nouveau succès dans cette épreuve phare et a logiquement remporté le Ballon d’Or, la distinction individuelle la plus prestigieuse. Zinédine Zidane était le dernier Français à l’avoir soulevé.
Pour Caroline Garcia, et malgré ses 29 ans, 2022 a été la saison de la révélation. La Lyonnaise n’avait jamais aussi bien joué. Gagnante de quatre tournois, elle s’invite parmi les huit meilleures joueuses du monde pour jouer et gagner le Masters. En double, elle a aussi remporté Roland-Garros.

Le bilan définitif de l'incendie de Vaulx-en-Velin fait état de 10 victimes, dont six adultes et quatre enfants. (Photo de OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

DECEMBRE

10 morts dans un incendie à Vaulx-en-Velin
Traditionnellement joyeux avec les illuminations et les fêtes de fin d’année, le mois de décembre a néanmoins été marqué par un drame dans la nuit du vendredi 16. 10 morts dont 5 enfants de 3 à 15 ans, dans l’incendie d’un immeuble à Vaulx-en-Velin, une ville voisine de l’Est lyonnais. Le parquet de Lyon a décidé d’ouvrir une information judiciaire des chefs de “dégradation volontaire par incendie ayant entraîné la mort”. Concrètement, cela signifie que “la dégradation est volontaire, mais pas la mort qu’elle a entraînée”, précise à Lyon Capitale, maître Hervé Banbanaste, avocat au barreau de Lyon. Un mégot de cigarette jeté sur les canapés présents au rez-de-chaussée de l’immeuble pourrait être un scénario envisageable. Un point de deal est suspecté au rez-de-chaussée du bâtiment.

 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut