Pourquoi l’ASUL Vaulx-en-Velin Handball s’est professionnalisée

L'ASUL Vaulx-en-Velin Handball s’est structurée en Société coopérative d'intérêt collectif. Les explications du président du club Pascal Jacquet.

Un nouveau virage, des ambitions affirmées. L’ASUL Vaulx-en-Velin Handball est devenue le premier club professionnel féminin à choisir le statut SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif). "L’actionnariat est différent des sociétés traditionnelles. Dans une coopérative, une personne égale une voix quel que soit l’investissement. C’est d’intérêt collectif, car on est un club à dimension sociale et éducative, explique le président de l'ASUL, Pascal Jacquet. On souhaitait passer dans la professionnalisation mais en gardant nos valeurs, nos activités en les valorisant."


"Agglomérer beaucoup de gens autour de notre travail."


Certes mais quels sont les changements concrets pour l’ASUL Vaulx-en-Velin ? "Cela a permis au club de travailler avec des sphères économiques avec lesquelles on ne travaillait pas jusqu’à présent, répond-il au micro de "6 Minutes Chrono". Cela nous donne un socle économique qui est très fort." Et de poursuivre ses explications : "C’était très difficile à atteindre pour plusieurs raisons : le sport féminin, Vaulx-en-Velin, la banlieue… On était un peu enfermé dans un cube. Et ce nouveau projet nous a permis d’en sortir et d’agglomérer beaucoup de gens autour de notre travail."

Avec un budget actuel de 550 000 euros, l’ASUL Vaulx-en-Velin Handball ambitionne le maintien en deuxième division. "On y croit fort, assure Pascal Jacquet. On a une équipe jeune, la plus jeune du championnat, mais elle est très talentueuse avec de gros potentiels."

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut