Lyon : vélo sur les quais du Rhône (photo : Florent Deligia)

Piétonnisation à Lyon : pas de parking vélo à cause du tarif de la ville

Contrairement à ce qui avait été fait lors des expérimentations de piétonnisation précédente, Lyon Parc Auto a renoncé à proposer des parkings temporaires sécurisés pour les vélos. La ville de Lyon aurait demandé "un tarif prohibitif" pour l'occupation de l'espace public.

Mise à jour du 20/11 : le prix demandé a augmenté en réalité de x19, selon nos informations

Lors des trois précédentes expérimentations de piétonnisation de la Presqu'île, Lyon Parc Auto avait proposé des parkings sécurisés et gratuits pour les vélos. Ces installations temporaires de deux fois cent places avaient été rendues possible grâce à l'initiative de LPA et l'entreprise Wheelskeep.

La métropole de Lyon a décidé d'expérimenter la piétonnisation cette fois-ci en semaine, mercredi 20 et jeudi 21 novembre, mais il n'y aura aucun service de parkings sécurisés pour les vélos lors de ces deux rendez-vous. Selon nos informations, LPA a dû renoncer à cette initiative.

Un tarif prohibitif

Selon une source interne, la ville de Lyon a demandé "un tarif prohibitif pour l'installation des espaces de stationnement vélos". Ces derniers auraient "sensiblement augmenté" entre ceux présentés pour les samedis et ceux pour mercredi et jeudi, pourtant des jours bien plus calmes en Presqu'île.

De son côté, LPA précise "la demande a été faite pour une 4e expérimentation, la Ville de Lyon applique la réglementation en vigueur et demande le paiement d’une occupation temporaire de l’espace public considérant qu’il  s’agit d’une activité récurrente. L’application de ce tarif conduirait à doubler le montant de la prestation totale payée par LPA, ce qui n’est pas acceptable en l’état. Nous avons déjà mené trois expérimentations qui permettent de savoir qu’au maximum nous avons enregistré 86 vélos en cumulé sur les 2 sites la meilleure journée. Dans ce contexte, il a été décidé de ne pas renouveler ces opérations qui avaient pourtant été par un fort intérêt de la part des cyclistes".

Fin octobre, la question de l'occupation de l'espace avait déjà été soulevée lorsque le groupe JCDecaux avait pu installer un panneau publicitaire numérique sur les berges du Rhône (lire ici), accompagné de huit autres panneaux lors d'une opération dans le cadre des Journées de l'économie. Alors qu'il devait rester une semaine, le mobilier numérique avait été retiré après avoir été détruit deux jours après son installation.

à lire également
Le Rhône est en vigilance jaune "vents violents" jusqu'à ce vendredi 15h. Le département de l'Isère est en alerte orange "avalanches" à partir de ce vendredi 18h. Prudence dans la région.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut