Pierre Lambicchi, nouveau Grand Maître du Grand Orient

Débats à huis clos. Et élection sans surprise du nouveau grand maître, puisque son concurrent s'était effacé. Mais qu'est-ce au juste que la franc-maçonnerie ? Fraîchement élu, Pierre Lambicchi répond sans détours. Ce médecin cardiologue marseillais prend les rênes de la principale obédience maçonnique française pour trois ans maximum. Dans un entretien exclusif en partenariat LyonTV-LyonCapitale, il parle de valeurs, de philosophie, de défense de la République, de citoyenneté....

E X T R A I T S :
Qu'est-ce qu'on fait au Grand Orient ?
" La particularité du Grand Orient est d'être ouvert sur la société (...). Les travaux se composent d'une partie symbolique et d'une partie sociétale. Selon les loges on fait plus de l'une ou de l'autre. Le Grand Orient est une obédience pyramidale qui fonctionne du bas vers le haut. La légitimité vient des loges, elles élisent un président qu'on appelle " vénérable " (Les vénérables) se retrouvent une fois par an en convent. C'est le pouvoir législatif, qui vient de se réunir à Lyon. Il prend des " lois " qui devront être appliquées pendant l'année qui vient par le Conseil de l'Ordre (et le Grand Maître). "

Pourquoi la question de l'initiation des femmes a-telle été repoussée ?
" Non, elle n'a pas été repoussée, elle a été confiée à l'étude des loges. C'est l'application de notre méthode. Lorsque le frères pensent qu'une question mérite d'être débattue, elle est renvoyée à l'étude des loges pendant un an, les frères feront remonter le résultat de leurs travaux par leurs délégués, lors du prochain convent qui prendra une position.... "

Est-ce que le Grand Orient se contente de défendre le valeurs de la République ou est-ce qu'il participe aux transformations de la société ?
" Nous défendons le pacte républicain et la laïcité qui est un acquis de la paix sociale, ce n'est pas passéiste, c'est grâce à ces acquis que la société peut progresser. Si on revient vers une société plus inégalitaire, dans laquelle les communautés fassent leur loi, l'intégration ne sera plus la règle (...) nous sommes persuadés que le communautarisme peut être combattu par un travail en profondeur qui permette à tous les habitants de la France de redevenir de véritables citoyens.... "

Sur la bioéthique par exemple, avez-vous des propositions concrètes ?
" Nous ne sommes pas là pour trouver des recettes mais pour donner l'esprit. Au législateur de faire le travail. Nous travaillons sur l'éthique de la fin de vie. Il faut préserver la dignité de la personne dans ces situations, lui garder son autonomie intellectuelle et son droit à l'autodétermination. Cette personne ne doit pas devenir un objet de merchandising. Nous avons commencé un travail sur la dépendance qui peut être encore plus douloureuse à la fois pour l'être et pous les familles.... "
Depuis combien de temps êtes-vous franc-maçon ?
" Depuis trente ans. Mon père l'était déjà. Il venait d'un milieu modeste, je l'ai vu progresser, être le seul ouvrier du quartier à ne pas aller au bistrot mais à rentrer pour faire des travaux, rencontrer des gens qui n'étaient pas de son milieu, participer à des sociétés mutualistes, à la lutte contre l'illettrisme. Ce sont les frères de la loge de mon père qui m'ont encouragé à faire des études, et je suis devenu médecin cardiologue parce que la République m'a permis de le faire. Je suis entré moi-même en maçonnerie quand j'ai décidé de donner un autre sens à ma vie que purement professionnel.... "

lien

Propos recueillis par Pierre Gandonnière

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut