Peur bleue à Condrieu

Mais déjà plusieurs Condriots se sont plaints de problèmes respiratoires et oculaires. Selon nos informations, les quatre détonations ne seraient pas dues à des explosions mais à l'éclatement de soupapes, qui auraient lâchées après le redémarrage du groupe électrogène, alors qu'il venait d'y avoir une coupure de courant. Contactée par des habitants très inquiets, Hélène Blanchard, vice présidente à la région Rhône Alpes, déléguée à l'environnement et à la prévention des risques, a interpellé par lettre le Préfet de l'Isère dès le lendemain. Elle n'a toujours aucune réponse et espère " un peu plus que des informations institutionnelles. "

à lire également
Marjorie Musy est docteure en génie civil et directrice de recherche au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), un établissement chargé de conseiller les politiques publiques des collectivités territoriales.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut