Noëlle Remoué © Aurélien Idéale
Noëlle Remoué © Aurélien Idéale

Noëlle Remoué : “sensibiliser sur les risques associés au diabète” #MT180

Aujourd’hui, Noëlle Remoué présente son parcours ainsi que son sujet de thèse. La candidate de l’université Claude-Bernard Lyon 1 aura 180 secondes pour expliquer ses recherches sur la cicatrisation des plaies diabétiques neuropathiques, dans un modèle animal.

Cette année se déroule le concours "Ma thèse en 180 secondes". L’Université de Lyon y participe pour la sixième fois. Le principe de ce concours : présenter son projet de thèse en 180 secondes, pas une de plus. L’occasion pour 14 doctorants de présenter l’équivalent de plusieurs années de recherche à un public plus vaste. Les candidats devront être le plus clair et le plus concis possible devant le jury, le 28 mars, lors de la finale locale, à Lyon. Le doctorant vainqueur pourra ensuite participer au concours national.

En attendant la finale, Lyon Capitale vous propose de découvrir chaque jour un nouveau candidat ainsi que son projet de thèse. Différentes filières sont représentées de la sociologie, à la physique en passant par les sciences de gestion. Les candidats ont accepté de répondre à quelques questions et nous donnent la chance d’avoir un premier aperçu de la présentation qu’ils tiendront le 28 mars.

La candidate du jour

Remoué Noëlle

Son établissement

L’université Claude Bernard Lyon 1, École doctorale EDISS

Thématique de son sujet de thèse

Diabète, Neuropathie, ulcère de pression, cicatrisation retardée, communication intercellulaire

Intitulé de son sujet de thèse 

Étude de la cicatrisation des plaies diabétiques neuropathiques, dans un modèle animal

Son parcours en 5 dates

 2004 : DUT de génie Bio à Quimper
2008 : Master cosmétologie à Marseille
2008 : Commence à travailler dans une entreprise de cosmétique
2014 : Master en biologie moléculaire et cellulaire
2014 : Début thèse

L’objet de sa thèse en 3 lignes

Mieux comprendre les interactions cellulaires et moléculaires dans la peau au cours de la cicatrisation d’un ulcère de pression, et identifier ce qui est perturbé avec le diabète et la neuropathie périphérique qui y est associée, et selon le degré d’atteinte neuropathique.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

J’aime la peau, c’est un organe bien souvent réduit à son rôle d’enveloppe. Je voulais apprendre encore davantage sur cet organe et la façon dont il communique avec les autres cellules du corps et notamment lorsqu’il est perturbé par une pathologie et/ou lors de la cicatrisation.

Pourquoi souhaitiez-vous participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

Pour mettre en valeur la recherche fondamentale et sensibiliser sur les risques associés au diabète et c’est un bon exercice pour être capable je l’espère, d’expliquer à n’importe qui le sujet de ma thèse.

à lire également
Elles n'ont eu que 180 secondes, et pas une de plus, pour présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Deux des trois lauréates de la finale régionale lyonnaise représenteront l'Université de Lyon, la semaine prochaine, lors de la demi-finale nationale, à Paris.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut