Martin Killian © Aurélien Idéale
Martin Killian © Aurélien Idéale

Martin Killian : “travailler sans se prendre au sérieux” #MT180

Cette année se déroule le concours "Ma thèse en 180 secondes". L’Université de Lyon y participe pour la sixième fois. Le principe de ce concours : présenter son projet de thèse en 180 secondes, pas une de plus. L’occasion pour 14 doctorants de présenter l’équivalent de plusieurs années de recherche à un public plus vaste. Les candidats devront être le plus clair et le plus concis possible devant le jury, le 28 mars, lors de la finale locale, à Lyon. Le doctorant vainqueur pourra ensuite participer au concours national.

En attendant la finale, Lyon Capitale vous propose de découvrir chaque jour un nouveau candidat ainsi que son projet de thèse. Différentes filières sont représentées de la sociologie, à la physique en passant par les sciences de gestion. Les candidats ont accepté de répondre à quelques questions et nous donnent la chance d’avoir un premier aperçu de la présentation qu’ils tiendront le 28 mars.

Le candidat du jour

Killian Martin

Son établissement

Université Jean Monnet de Saint-Étienne

Thématique de son sujet de thèse

Immunologie, auto-immunité et vaccination

Intitulé de son sujet de thèse

Vaccination thérapeutique anti-interféron alpha appliquée à des modèles du syndrome de « Sjögren »

 Son parcours en 5 dates

 1990 : Apprentissage « à la dure » du ridicule et « premier caprice de star », école maternelle d’Oberhausbergen
2004 : Première année de médecine à la suite d’hésitations Université Louis Pasteur de Strasbourg
2015 : Obtention Master 2, Recherche en Immunothérapies Innovante et Vaccination Université Pierre et Marie Curie Parie 6
2015 : Début thèse de science mention biologie moléculaire et cellulaire, au sein du laboratoire GIMAP université Jean-Monnet Saint-Étienne
2017 : Passé thèse de médecine, Diplôme d’études spécialisé en médecine interne, faculté de médecine de Saint-Étienne

L’objet de sa thèse en 3 lignes 

Évaluer un vaccin thérapeutique qui fonctionne en utilisant le système immunitaire des gens pour fabriquer des anticorps contre les molécules qui sont responsables des maladies. Plus particulièrement d’une maladie auto-immune qui est la maladie de Sjögren.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Beaucoup de raisons m’ont amenée à choisir ce thème. La principale raison vient de ma pratique médicale, en tant que spécialiste en médecine interne, c’est une maladie que j’ai à gérer au quotidien. Le Syndrome de Sjögren est la deuxième maladie auto-immune systémique la plus fréquente. Il n’y a pas de traitement, ce qui amène beaucoup de gens à travailler sur ce sujet.

Pourquoi participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

Encore une fois beaucoup de raisons. La première pour être honnête, le fun de l’expérience humaine. C’est la principale raison qui m’a convaincu. La deuxième, c’est qu’à mon avis, le concours illustre assez bien, quelque chose qui me tient à cœur. Le fait de dire, on peut travailler sérieusement sans se prendre au sérieux.

à lire également
Elles n'ont eu que 180 secondes, et pas une de plus, pour présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Deux des trois lauréates de la finale régionale lyonnaise représenteront l'Université de Lyon, la semaine prochaine, lors de la demi-finale nationale, à Paris.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut