Lyon n'est pas au top

Pour une agglomération qui se revendique "ville de santé", c'est une douche froide. Un seul obtient la note A (très bon) pour sa politique d'hygiène et de lutte contre les maladies nosocomiales : il s'agit du centre Léon Bérard, qui se classe 5e sur 20 parmi les centres de lutte contre le cancer, derrière Stasbourg, Bordeaux, Nice et Marseille. Les autres types d'établissements lyonnais obtiennent généralement la note B (bon). Debrousse est sanctionné d'un C (Moyen), tout comme Villefranche, L'Arbresle, Givors, Tarare. L'excellence est encore moins au rendez-vous chez les cliniques privées de plus de 100 lits : aucune n'obtient mieux que C (Arnas, Caluire, Val d'Ouest, Sainte-Anne, Sauvegarde, polyclinique de Rillieux, La Roseraie) tandis que la clinique du Tonkin se voit attribuer un D (passable) et une 313e place sur 321...

à lire également
Patrick Basset, médecin anesthésiste-réanimateur, directeur médical de l'UTMB (Ultra-Trail du Mont-Blanc), est à la tête d'une équipe de 30 médecins, 80 infirmiers, 300 secouristes, 3 hélicos et 10 ambulances. Rencontre avec le "doc" au cœur de la galaxie trail.  
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut