Lyon : menacée de fermeture, la pizzeria Carlino prête à se battre

Ce matin, la police ne s'est pas présentée à la pizzeria Carlino pour procéder à l'expulsion des gérants. Décidée à se "battre", elle vient de lancer une pétition pour la sauvegarde des derniers commerces indépendants de Lyon.

Lundi, une procédure d'expulsion a été prononcée par la justice lyonnaise à l'encontre de la pizzéria Carlino, rue de l'Arbre Sec aux terreaux (lire ici). Installée depuis 1965 - année de réélection de Louis Pradel à la mairie (détail pas si anodin compte tenu de la fréquentation assidue des élus, tous bords confondus, du restaurant), la pizzeria est en proie à de graves difficultés financières depuis le 30 juin 2017, date de cessation des paiements et l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire.

Un an avant, les murs de la pizzeria avaient été rachetés par le fonds souverain Abu Dhabi Investment Authority (ADIA), propriétaire d'une grande partie de la rue de la République, de rues adjacentes et du quartier Grolée-Carnot.

Lire aussi l'enquête de Lyon Capitale : Grôlée, bataille judiciaire autour du quartier fantôme et Quartier Lyon-Grolée : l'épilogue ( ?) d'une bataille judiciaire.

"Ce matin, dès 5 heures, nos amis, nos proches, et notre famille étaient présents à la pizzeria. Nous attendions de pied ferme l’arrivée de la police, bien décidés à faire entendre nos voix, et nos droits. A notre grande surprise, personne ne s’est présenté jusqu’à lors." explique la pizzeria Carlino.

Nathalie Carlino, la gérante,  vient d'ailleurs de lancer une pétition pour "sauver les derniers commerces indépendants de Lyon".

"Bras de fer"

"L'intérêt de racheter des pans entiers de rue ou de quartiers,  c'est la maîtrise des loyers" explique à Lyon Capitale un expert immobilier. En 2010, le restaurant réglait un loyer de 7 600 euros par an, puis a subi en 2012 une nouvelle hausse du loyer. Après recours et négociation avec la justice, ils ont finalement obtenu de payer leur loyer pour un montant de 28 000 euros par an. "Une augmentation colossale pour un commerçant de quartier." Depuis le 1er octobre 2018, le restaurateur est contraint de payer un loyer de 36 660 euros par an.

Combien de temps durera ce  "bras de fer" entre la pizzeria Carlino contre le fonds souverain d'Abu Dhabi ?

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut