Métro TCL sytral © Tim Douet
Métro TCL © Tim Douet

Lyon : les méthodes des pickpockets et voleurs dans le métro et tram

Avec la rentrée, les pickpockets se sont faits plus nombreux sur les lignes du métro de Lyon, ainsi que dans les trams. Quelles sont leurs méthodes ? Comment s'en protéger.

Station hôtel de ville, sur la ligne A, les passagers montent dans la rame. Un homme se retourne vers trois individus, l'un d'eux tient un téléphone dans sa main. Immédiatement, l'homme l'arrache, moment de flottement, les passagers comprennent qu'il vient de reprendre son bien que l'un des individus a tenté de voler. Tout le monde n'a pas la chance de se rendre compte immédiatement du larcin. Avec des pickpockets et voleurs qui ne reculent devant rien, comment se protéger ? Lyon Capitale, vous dévoile plusieurs méthodes observées dans le métro et tram de Lyon début septembre.

Le classique : dans la cohue de la montée ou la descente

La méthode classique reste particulièrement prisée. Lors de la montée ou de la descente des rames, les voleurs profitent du mouvement de foule pour dérober portefeuilles et téléphones. Les voyageurs étant parfois amenés à se heurter, ils sont moins attentifs aux mains qui pourraient fouiller leurs poches ou sacs. Lors de ces transitions, il est important de surveiller ses affaires personnelles ou de garder une main sur son téléphone dans sa poche, tout comme ne pas tenir son smartphone, sans placer sa main devant son corps. Enfin, ne mettez aucun objet dans vos poches arrière.

Dans l'escalator

Certains individus se placent derrière leur victime dans les escalators. Ils profitent de la situation lorsqu'un autre utilisateur double par la gauche pour faire les poches de la personne devant eux. Cette dernière ne se doute pas toujours que le contact ressenti vient en réalité d'un voleur et non d'un autre passager pressé. D'autres mettent un rapide coup de cutteur en bas des sacs à dos pour les vider d'une partie de leur contenu. Là encore, évitez les objets dans la poche arrière, tout comme il est important de garder son sac devant soi.

L'arrachage lorsque les portes se ferment

Lorsque les bips signalent que les portes vont se fermer, ils arrachent sacs, téléphones ou bijoux, puis partent en courant. Les victimes surprises ne peuvent descendre de la rame et restent bloquées à l'intérieur pendant qu'elle poursuit son trajet. Les personnes situées à proximité des portes sont des cibles de choix pour cette technique de plus en plus courante. La seule solution pour se protéger est de rester vigilant lorsque les portes se ferment et éviter de consulter son smartphone sans pouvoir remarquer un individu prêt à l'arracher.

Provoquer un chahut

Pendant que des complices chahutent et bousculent les voyageurs, d'autres en profitent pour faire les poches et sacs des voyageurs. Cette diversion leur permet de diminuer l'attention des voyageurs, mais aussi de provoquer un contact physique pour masquer d'autres actions. La meilleure des parades reste là encore la vigilance face au chahut, tout en évitant les contacts, quitte à s'adosser contre une paroi du métro.

Le distributeur de ticket bloqué

Un individu bloque le distributeur de ticket et propose aux voyageurs de leur en vendre un en prétextant une panne de la machine. La victime qui accepte sort son portefeuille qui lui est alors arraché. Autre variante, une fois que la transaction est effectuée, un complice repère où est rangé le portefeuille et tente de le récupérer dans le métro. Refusez d'acheter un ticket en dehors du circuit classique, puis, si possible, sortez pour emprunter une deuxième entrée qui possède un autre distributeur.

"Enlève ta veste"

Cette technique vise essentiellement les touristes d'origine asiatique. Un individu se place devant le portique de validation et somme sa victime d'enlever sa veste sur un ton ferme, débutant le geste en écartant le vêtement au niveau des épaules. Un complice arrivant par-derrière n'a plus qu'à arracher le sac à dos ou sac à main de la victime qui n'est plus retenu par les épaules avant de s’enfuir en courant. Une variante existe avec des voleurs exhibant une fausse carte de police, évoquant une fouille. La meilleure de façon de se protéger reste de rebrousser chemin ou de se rapprocher d'autres voyageurs, les individus privilégiant les victimes seules ou ne comprenant pas ce qui arrive à cause de la barrière de la langue.

4 commentaires
  1. marcj - 1 octobre 2018

    "ne pas tenir son smartphone dans la main, sans la placer devant son corps" sic

  2. Georges Marchais - 1 octobre 2018

    Je n'ai jamais vu ses techniques de vols dans les TCL, par contre tous les jours à la Part Dieu un groupe de pickpocket regarde les codes de carte bleue quand les gens achetent un ticket puis dérobe la carte quand les voyageurs montent dans le tram.

    Elles sont petites avec une sacoche pour cacher leurs mains. Elles sont là tous les jours vous ne pouvez pas les rater.

  3. Abolition_de_la_monnaie - 2 octobre 2018

    Un problème avec la violence générée par les vols ?
    Qu'est-ce qui engendre le plus de problèmes au niveau de la société : les pauvres qui volent ou les cols blancs qui fraudent ?
    La guerre pour le fric continuera tant qu'on utilisera du fric. Bonne chance à vous 🙂

  4. Bernard Girard - 2 octobre 2018

    @Florent Deligia, il conviendrait que vous fassiez traduire votre dernier paragraphe en plusieurs langues parlées par des touristes d'origine asiatique, et la diffusiez sur des canaux qui pourraient les atteindre. 🙂

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut