Lyon : l'activité économique presque de retour “à la normale” dans la région

Dans l'industrie et les services, l'activité a repris et semble se rapprocher de son rythme normal en Auvergne-Rhône-Alpes, note la Banque de France dans sa dernière enquête. Seule l'hôtellerie-restauration marque encore le pas.

Selon la dernière note de conjoncture “Tendances Régionales” réalisée par la Banque de France*, les niveaux d'activités des entreprises industrielles, mais aussi de service sont presque revenus à la normale dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. “Dans l’industrie, la reprise d’activité constatée au mois de mai se poursuit en juin, à un niveau quasiment similaire au niveau national. Les chefs d’entreprise prévoient une légère amélioration en juillet. L’activité dans les services continue d’être plus dynamique qu’au plan national. Une forte progression est attendue en juillet dans le secteur de l’hébergement-restauration avec le lancement de la saison estivale”, écrit la Banque de France. Globalement, l'activité industrielle s'établit à 80 % de son niveau normal selon les chefs d'entreprise contre environ 75 % du niveau normal pour les activités de services. L'activité qui souffre encore le plus semble être l'hôtellerie-restauration dont le niveau de fonctionnement est encore inférieur à 50 % d'après les chefs d'entreprise.  

Les carnets de commandes se remplissent dans l'industrie

Dans le détail, concernant la production industrielle, “le rattrapage de la production industrielle, initié le mois dernier suite à la fin du confinement, se confirme par une nouvelle amélioration des conditions de production en juin et un retour - certes encore partiel - de la demande. Les entrées de commandes rebondissent dans la quasi-totalité des secteurs et viennent gonfler des carnets qui restent, dans l’ensemble, nettement en dessous des niveaux habituels. Si des tensions sur l’emploi apparaissent dans certains secteurs, les effectifs demeurent encore globalement stables”, note la Banque de France. Les chefs d’entreprise tablent sur la poursuite du rattrapage en juillet à un rythme plus modéré toutefois. 

Une activité variable selon les services

Du côté des services, la Banque voit “un retour d’une demande plus soutenue dans l’informatique et par la poursuite d’un courant d’affaires favorable dans les transports, l’ingénierie technique ainsi que dans l’intérim.” Par ailleurs, la large réouverture des hôtels et des restaurants, début juin, “a permis de relancer un secteur particulièrement emblématique de la région et qui a été très affecté par la crise sanitaire. Toutefois, avec un niveau d’activité estimé à 85 % d’un mois de juin normal, la situation reste dégradée, avec un impact global sur les effectifs encore limité pour l’instant.” Une nouvelle amélioration de la demande est attendue en juillet dans la plupart des secteurs sans pour autant permettre un retour à un niveau d’activité normal. 

Le rebond du BTP

Enfin, s'agissant du BTP, particulièrement touché par la crise sanitaire à cause de l'interruption des chantiers, la banque note que “depuis la fin du confinement, l’activité s’est clairement redressée dans le bâtiment, alors que le secteur des travaux publics affiche encore un recul sur le deuxième trimestre. À noter toutefois que le mois de juin enregistre un net rebond qui devrait se prolonger au troisième trimestre. La reprise, bien amorcée dans le bâtiment, devrait se poursuivre entraînant une hausse des effectifs.”

*Enquête d’opinion réalisée du 26 juin au 3 juillet 2020 auprès d’un échantillon représentatif composé de 1 150 entreprises, dans un contexte de crise sanitaire majeure et inédite et qui évolue rapidement. 

2 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - mer 15 Juil 20 à 10 h 07

    de 20 à 25 % du chiffre d'affaires qui disparait, et jusqu'à 50 % pour d'autres...
    En effet, tout est dans le "presque" ! 😀
    C'est la méthode Couet ?
    J'invite chacun à comprendre le principe de "vitesse de rotation monétaire", pour comprendre que le problème est encore plus profond.

    1. ines perret - mer 15 Juil 20 à 11 h 39

      Je pense que vous devriez modifier votre pseudo en 'abolition de la loi du 3 janvier 1973'
      La monnaie en soi est un super outil, c'est le 'ppcm' du troc, il faut juste ne pas la donner au privé... surtout s'il est diaboliquement cupide.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut