Œuvre d’Ememem installée place Bellevue © Valentine Daléas

Lyon Capitale a testé pour vous : une balade "street art" en vélo à Croix-Rousse

Si le nom d'Ememem ne vous dit rien, vous avez pourtant certainement déjà aperçu l'une de ses mosaïques sur les trottoirs lyonnais. ComhiC propose une balade en vélo électrique à la Croix-Rousse, sur les traces du street artiste lyonnais. Lyon Capitale a testé pour vous.

Les journalistes de Lyon Capitale ont pu tester en avant-première le dernier circuit proposé par ComhiC : 1h30 de balade en vélo électrique dans le quartier de la Croix-Rousse, sur les traces du street artiste lyonnais Ememem. Ou de la street artiste lyonnaise Ememem… Personne ne connaît en effet son identité. Les organisateurs de la balade eux-mêmes ne l'ont jamais rencontré(e), ils ont seulement pu échanger avec son attachée de presse.

Cécile Mompo, la guide de ce tour, présente Ememem comme "celui qui embellit les trottoirs". Les Lyonnais ont sans doute pu apercevoir certaines de ses œuvres à travers la ville. Il s'agit de mosaïques colorées qui s'insèrent dans des morceaux manquants de trottoirs. D'après Cécile Mompo, sur les 300 mosaïques réalisées par Ememem dans les rues de la ville, il en resterait aujourd'hui près de 200. Si ses premières œuvres datent de 2012, Ememem a réellement accédé à la notoriété à partir de 2016.

Œuvre d'Ememem installée sur les pentes de la Croix-Rousse et inspirée d'Alice au pays des merveilles © Valentine Daléas

Il a fallu presque un an à ComhiC pour construire ce parcours. Si les œuvres d'Ememem sont disséminées partout dans la ville, le circuit se concentre sur la colline et les pentes de la Croix-Rousse. Cécile Mompo justifie ce choix par le fait qu'il s'agit du "berceau du street art" à Lyon et d'un "véritable terrain de jeu" pour les artistes. "C'est là où ils ont le plus de liberté, c'est un quartier artistique", souligne la guide.

"Toutes ses œuvres s'inspirent de ce qu'il aime"

Après une rapide présentation du fonctionnement du vélo électrique, le tour peut commencer. Pas besoin d'aller bien loin pour admirer la première œuvre. Elle est située à quelques mètres du local de ComhiC, point de départ du tour, le long des quais de Saône. Après ce court arrêt, la balade peut ensuite réellement commencer.

L'arrêt suivant se fait au niveau du conservatoire de musique et de danse de la ville. Cécile Mompo explique en effet que "toutes les œuvres d'Ememem s'inspirent de ce qu'il aime". Or, l'artiste lyonnais joue dans un groupe de musique…

Balade en vélo électrique à la Croix-Rousse, sur les traces du street-artiste lyonnais Ememem © Valentine Daléas

On passe ensuite aux choses sérieuses, en attaquant la montée des pentes de la Croix-Rousse. Heureusement, grâce à l'assistance électrique, l'ascension se fait sans aucune difficulté. Les arrêts suivants permettent tour à tour de découvrir les premières œuvres d'Ememem, ou encore l'emplacement de son premier atelier.

Des "pansements" aux "bijoux de trottoir"

La guide en profite également pour expliquer la technique désormais utilisée par Ememem pour produire ses œuvres : "Il n'était pas satisfait de ses premières mosaïques en relief, posées sur des murs non droits. Il a donc décidé de travailler sur sol plat, en prenant les mesures du trou, puis en collant les mosaïques sur un filet et en revenant bétonner ce filet dans le trou".

L'évolution de la technique d'Ememem s'accompagne d'une évolution de son art. Mosaïste de métier, Ememem a d'abord réalisé des "pansements de trottoir". L'objectif était de combler les trous existants dans les trottoirs. Avec le temps, les œuvres d'Ememem se sont complexifiées, utilisant davantage de couleurs et des matériaux différents. Elles sont désormais qualifiées de "bijoux de trottoir". Le parcours permet d'apprécier pleinement la variété des œuvres du street-artist lyonnais.

Pour plus d'informations

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut