Benjamin Griveaux lors de sa visite à La Duchère

Lyon : Benjamin Griveaux dans le quartier "emblématique" de la Duchère

Engagée depuis 2003, la rénovation du quartier de la Duchère à Lyon était au centre de l'attention du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, ce jeudi.

L'opération communication semble réussie. Composé à 80 % de logements sociaux, le quartier de la Duchère a été le théâtre d'importants travaux de rénovation sous les mandats de Gérard Collomb. Un programme qui semble avoir convaincu le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. “C'est un quartier assez emblématique de la rénovation urbaine des quinze dernières années en France. Ce n'est pas une surprise que beaucoup d'élus et de promoteurs s'intéressent à ce qu'il s'est passé à la Duchère, parce que c'est à la fois une rénovation urbaine qui a été accomplie, avec un changement du paysage urbain, avec un écoquartier, etc.” a-t-il déclaré lors de sa visite.

“Mais c'est aussi un travail social et culturel, a poursuivi Benjamin Griveaux. On ne s'est pas limité à mettre un coup de peinture, à tomber une barre et reconstruire. On a pensé la vie différemment, dans un quartier complet, et on a refait la couture avec la ville, c'est cela qui est intéressant ici.” Dans l'après-midi ce jeudi, le porte-parole du gouvernement a été reçu à la Maison du projet du quartier, où Georges Képénékian, Bernard Bochard (le maire du 9e arrondissement) et David Kimelfeld lui ont présenté la transformation urbaine accomplie. Les interventions se sont accumulées : présentation du premier écoquartier de Lyon, attractivité du quartier, découverte de la Maison pour l'emploi, aide aux entrepreneurs des alentours.

Généralement un passage obligatoire lors de visites officielles, le ministre a ensuite traversé la rue pour participer à une table ronde dans les locaux de l'association sportive Lyon-Duchère. Dans ce cadre, il a fait la rencontre d'Anis Benaïssa, jeune Duchérois de 16 ans. Actuellement en seconde, Anis a créé sa société de lavage de voiture : “Nous avons pu en parler au secrétaire du Premier ministre [Benjamin Griveaux a aussi le titre de secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre], intéressé par le projet, d'ailleurs il nous a fait une petite pub sur Twitter, on est assez content. Etre étudiant entrepreneur, ça nous aide pour notre CV, notre expérience, c'est assez enrichissant. On a des responsabilités, on a créé de A à Z notre mini-entreprise.”

“D'autres entre-soi dans le même quartier”

Réhabilitation des barres, relogement de 1 642 personnes à ce jour, création d'un point central du quartier, accession à la propriété... Depuis 2003, le quartier change de visage. Selon le maire de l'arrondissement, l'un des objectifs était de “retrouver une mixité dans les écoles publiques”. Mais, selon  Mohamed Tria, président du club de football Lyon-Duchère, le pari de la mixité est loin d'être gagné. “Ici, ce qui est assez surprenant, c'est que les nouveaux habitants qui sont propriétaires ne côtoient pas les gens qui sont dans d'autres immeubles. On arrive à créer dans le même quartier d'autres entre-soi, ce qui est assez étonnant d'ailleurs ! explique-t-il à Lyon Capitale. Je pense qu'il faut forcer le mélange, la nature ne fait pas bien les choses, il faut qu'on arrive à forcer le destin.”

Depuis des années, les plans banlieue se succèdent pour favoriser cette mixité, à l'image du dernier rapport Borloo. Résigné, Mohamed Tria confie à Lyon Capitale qu’il “ne [croit] plus à ces grands changements” : “En fait, j'ai 50 ans, j'ai vécu tous ces passages par rapport à cela, dans ces quartiers-là on ne croit plus aux promesses. La réalité, c'est qu'on se retrouve demain entre nous.” 

Une visite version miniature

L'accent de la visite a été mis sur la participation des Duchérois au projet de rénovation urbaine. Dans la salle de la Maison des projets, Bernard Bochard, le maire d’arrondissement, explique : "On a ciblé l'urbain et l'humain. Il y a eu 250 propositions d'habitants étudiées et transformées. Il y a aussi un comité de suivi participatif qui se réunit par semestre.” De son côté, Benjamin Griveaux n'a pas déambulé dans le quartier pour rencontrer les habitants. Il s'est contenté de constater les travaux grâce à la maquette miniature installée à la Maison des projets. Le porte-parole du gouvernement a-t-il seulement rencontré des habitants ? “Là, j'ai rencontré le jeune Anis, qui a monté sa boîte, qui habite la Duchère. Les gens qui travaillent et que j'ai rencontrés à la Maison de l'emploi, ce sont des gens qui habitent le quartier”, justifie-t-il.

Sa visite laisse l'impression d'une rencontre avec des habitants triés sur le volet de la banlieue qui réussit. Gêné d'être interrogé sur la représentativité des habitants rencontrés, Benjamin Griveaux botte en touche. “J'ai peur qu'en deux heures je ne puisse pas découvrir la Duchère, et c'est ce qu'on appelle, d'après l'expression, un agenda de ministre. Je suis venu ici voir ceux qui ont transformé le quartier, voir comment il s'est transformé et pouvoir le dire, car c'est le rôle d'un porte-parole.”

à lire également
Gérard Collomb à la sortie du conseil des ministres, le 12 juin 2018 © Ludovic Marin / AFP
Des loges du Grand Orient aux humanitaires en passant par les élus de gauche, le style Collomb au ministère de l’Intérieur déboussole. Sa réthorique polémique et sa ligne politique le décentrent sur la droite. Gérard Collomb, qui s’en inquiétait il y a quelques mois, trouve aujourd’hui un intérêt électoral à ses transgressions.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut